mis à jour le

Libération d'une humanitaire suisse enlevée au Darfour

Une humanitaire suisse enlevée début octobre au Darfour, région de l'ouest du Soudan en conflit, a été libérée par les forces de sécurité lors d'une opération nocturne, ont annoncé mercredi des responsables soudanais et suisses.

Les autorités suisses ont indiqué dans un communiqué que son état de santé était "bon, au regard des circonstances".

Exprimant son "soulagement", le ministère suisse des Affaires étrangères a notamment remercié les autorités soudanaises "pour l'envergure de leur engagement".

"Elle est saine et sauve", a également dit à l'AFP le gouverneur du Darfour-Nord, Mohamed Barima.

L'humanitaire, Margaret Schankel, est arrivée à Khartoum mercredi soir en provenance du Darfour.

"J'aimerais remercier le gouvernement du Soudan, toutes les autorités, particulièrement celles qui ont mené les enquêtes et les opérations ayant abouti à la libération de Mme Schankel", a déclaré l'ambassadeur de Suisse à Khartoum, Daniel Cavegn, devant la presse à l'aéroport de la ville.

La Suissesse, qui a vécu au Soudan pendant plusieurs années, avait été enlevée le 7 octobre "par des hommes armés non identifiés près de son domicile, dans le centre de recherche agraire" à Al-Facher, avait précisé l'ONU le lendemain.

Son identité n'avait jamais été divulguée publiquement. 

Elle ne "faisait pas partie du personnel de l'ONU mais était engagée dans une série de collaboration avec les activités" onusiennes, avait indiqué Marta Ruedas, coordinatrice humanitaire des Nations unies pour le Soudan.

D'après des informations relayées sur les réseaux sociaux, la Suissesse travaillait pour une ONG suisse aidant des enfants.

Plusieurs humanitaires soudanais et étrangers ont été enlevés ces dernières années au Darfour, mais il s'agissait du premier enlèvement depuis que l'ONU a commencé en juin à réduire son contingent de Casques bleus dans cette vaste région en proie à un conflit meurtrier depuis plus d'une décennie.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir mercredi pour évaluer l'impact de cette diminution d'effectif de 30% des forces constituant la mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad), mesure prise malgré les réticences des organisations de défense des droits de l'Homme.

Cet enlèvement est également intervenu en dépit de l'affirmation par les autorités soudanaises que la sécurité avait été pleinement rétablie au Darfour.

Le conflit a débuté dans cette région en 2003 lorsque des insurgés issus de minorités ethniques, s'estimant marginalisés, ont pris les armes contre le pouvoir de Khartoum, aux mains de la majorité arabe.

Il a fait près de 300.000 morts tandis que 2,5 millions de personnes ont été déplacées, selon l'ONU.

AFP

Ses derniers articles: Pollution au plomb en Zambie 25 ans après la fermeture de mines, selon HRW  Algérie: 5 morts dans une bousculade avant un concert du rappeur Soolking  Un accident de la route fait 17 morts au Nigeria 

Darfour

AFP

Au sit-in de Khartoum, les récits glaçants des déplacés du Darfour

Au sit-in de Khartoum, les récits glaçants des déplacés du Darfour

AFP

"Béchir doit être jugé": le cri des victimes du conflit au Darfour

"Béchir doit être jugé": le cri des victimes du conflit au Darfour

AFP

Au Tchad depuis 2003, les réfugiés du Darfour se sentent oubliés

Au Tchad depuis 2003, les réfugiés du Darfour se sentent oubliés

humanitaire

AFP

Cameroun: situation humanitaire "urgente", selon l'ONU

Cameroun: situation humanitaire "urgente", selon l'ONU

AFP

Libye: l'ONU met en garde contre une "détérioration" de la situation humanitaire

Libye: l'ONU met en garde contre une "détérioration" de la situation humanitaire

AFP

Libye: situation humanitaire "gravement détériorée"

Libye: situation humanitaire "gravement détériorée"

libération

AFP

Gabon: libération du leader d'un parti d'opposition arrêté lundi

Gabon: libération du leader d'un parti d'opposition arrêté lundi

AFP

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

AFP

"L'Etat français ne veut pas négocier la libération de ma mère", déplore le fils de l'otage Petronin

"L'Etat français ne veut pas négocier la libération de ma mère", déplore le fils de l'otage Petronin