mis à jour le

Pêcheurs sur le fleuve Niger, village de Saaya, Mali, 2007. REUTERS/Florin Iorganda.
Pêcheurs sur le fleuve Niger, village de Saaya, Mali, 2007. REUTERS/Florin Iorganda.

Comment sauver le fleuve Niger

Solidarité et volonté politique sont indispensables au sauvetage du fleuve Niger mis à mal par le réchauffement climatique, la désertification et la pollution, entre autres fléaux.

Le Niger, troisième fleuve d’Afrique après le Nil et le Congo, est bien mal en point. Son état inquiète les autorités des pays qu’il traverse. Pour tenter de sauver le fleuve de tous les maux dont il souffre, un forum baptisé «solidarité pour l’eau dans les pays du bassin du Niger», a été organisé conjointement  par le Mali, la Fondation Jacques Chirac et l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), à Bamako en octobre dernier, en présence de plusieurs chefs des Etats concernés.

Coopération et solidarité

Le travail «exemplaire» de nombreuses ONG a été salué, mais l’accent a été surtout mis sur la volonté politique des Etats, indispensable à la sauvegarde du fleuve.

«Nous avons plus que jamais besoin de cette solidarité pour conjurer le péril écologique qui guette le fleuve Niger. Les changements climatiques nous ont non seulement pris nos terres, nos pâturages, nos cours d’eau, mais nous ont dépossédé de nos mythes», a déclaré le président du Mali, Amadou Toumani Touré (ATT) dans son discours d’ouverture.

Or, la solidarité avec les pays voisins, ATT sait qu’il en a besoin pour son pays, dans la mesure où le fleuve est inégalement réparti. Le Mali, le Niger et le Nigeria à eux seuls regroupent 82% du cours du fleuve. La coopération transfrontalière a d’ailleurs été un sujet de débat majeur du forum.

Outre l’appel à la solidarité, les participants se sont donnés pour objectif d’accroître la sensibilisation et la mobilisation des populations et de réfléchir à des solutions innovantes en faveur du droit à l’eau et à l’assainissement de la région.

«L’eau est vitale pour le développement. La santé, la paix et la sécurité y sont liées. Il est inconcevable que l’accès à l’eau soit mis au second rang des priorités du monde. Si l’eau est attaquée, nous devons la défendre», a notamment expliqué le président du Conseil mondial de l’eau, Loïc Fauchon.

Un fleuve épuisé

Depuis plusieurs décennies, le Niger long de 4.184 kilomètres est menacé par la sécheresse et l’avancée du désert. Il souffre de l’ensablement de l’érosion, de l’envahissement des jacinthes d’eau et des pollutions industrielles. Malgré ses atouts en matière d’agriculture, de pêche et d’énergie, les ressources du fleuve se sont considérablement dégradées. Un afflux permanent de «réfugiés écologiques» vient en outre grossir les rangs d’une population riveraine d’environ 110 millions d’âmes, vivant dans une extrême pauvreté. 

C’est pour résoudre les problèmes du fleuve, que l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) regroupant le Burkina Faso, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad a été créée il y a  longtemps déjà, en novembre 1980. Réunis à N'Djamena, la capitale tchadienne, quelques jours avant le forum de Bamako, ses membres ont évalué les besoins nécessaires à son sauvetage. A Bamako, le président tchadien et président en exercice de l’ABN, Idriss Deby Itno, l’a répété: «L’heure n’est plus aux discours. Il faut agir vite», 600 milliards de francs CFA (915 millions d’euros) sont nécessaires pour prévenir la catastrophe qui se profile. Le président tchadien sait de quoi il parle, la superficie du lac Tchad largement situé sur le territoire de son pays, a connu une baisse spectaculaire. Elle est passée en près de cinquante ans de 25.000 à 2.500 km2. 

Pousser les Etats à agir

ATT et Idris Deby ont invité leurs pairs des pays du bassin à consacrer une partie de leurs budgets nationaux au sauvetage du fleuve. Le quotidien de Bamako, Le Républicain, croit savoir qu’ils ont été entendus et espère que ces Etats «sauront mettre la main à la poche comme ils s’y sont engagés, plutôt que de dépendre une fois de plus du chéquier de la communauté internationale». 

Rendez-vous est maintenant pris à Marseille du 12 au 17 mars 2012 où se tiendra 6 ème Forum mondial de l’eau. Les conclusions du Forum de Bamako serviront de base de travail à la délégation africaine pilotée par l’AMCOW, une entité qui rassemble les ministres africains en charge de l’eau. Depuis longtemps des associations de défense du fleuve se démènent pour que les autorités réagissent. En août 2010, un collectif baptisé «Forum des organisations de la société civile du Mali» avait déjà dénoncé «le complot de l’Etat malien contre l’écosystème» sans écarter une «éventuelle plainte contre l’Etat pour ses actes honteux qui ternissent l’image du Mali». Le sauvetage du Niger pourrait bien être un enjeu dans la campagne pour l’élection présidentielle prévue en avril 2012 au Mali.

«Nous les Africains, nous ne produisons pas de gaz à effet de serre, mais nous en subissons les conséquences, la désertification, les feux de brousse, la réduction des nappes phréatiques…», déplore Tiemoko Sangaré, ministre de l’Environnement du Mali et président de la conférence des ministres africains de l’Environnement (CMAE) qui ont parlé d’une seule voix  pour exiger le maintient du protocole de Kyoto à la 17ème conférence de l’ONU sur le climat qui vient d’avoir lieu à Durban en Afrique du Sud et qui a abouti à la signature d’un accord au rabais. 

Anne Collet

A lire aussi

Sommet de Durban: si loin des préoccupations de l'Afrique

L'Afrique parie sur l'énergie verte

Le Mali ne voit plus l'ombre d'un touriste

Nigeria: un milliard de dollars réclamés à Shell

Trente ans pour dépolluer le delta du Niger

Anne Collet

Journaliste française, spécialiste de l'Afrique et des sujets sur les femmes. Ancienne journaliste de l'hebdomadaire Courrier international.

Ses derniers articles: Comment sauver le fleuve Niger  Au Mali, c'est une femme qui gouverne 

environnement

Reconstruction

Ces vents mauvais qui soufflent sur le Nigeria

Ces vents mauvais qui soufflent sur le Nigeria

Environnement

Wecyclers, les recycleurs de déchets de Lagos

Wecyclers, les recycleurs de déchets de Lagos

Street art

Ne jetez plus vos vieilles tongs

Ne jetez plus vos vieilles tongs

fleuve Niger

Nord-Mali

L'opération Serval et les risques de guérilla

L'opération Serval et les risques de guérilla

Mali

Les rêves perdus des indépendances

Les rêves perdus des indépendances

pollution

Pollution

Trois pays africains dans la liste des endroits les plus pollués au monde

Trois pays africains dans la liste des endroits les plus pollués au monde

La rédaction

Pollution de l’air : selon l’OMS, respirer tue

Pollution de l’air : selon l’OMS, respirer tue

Larbi Amine - Lemag

Pollution : Les Marocains fument 15 milliards de cigarettes ‘légales’ par an

Pollution : Les Marocains fument 15 milliards de cigarettes ‘légales’ par an