SlateAfrique

mis à jour le

Le journaliste Christopher Hitchens nous a quitté

L'écrivain et journaliste anticonformiste Christopher Hitchens est décédé à l'âge de 62 ans, ce jeudi 15 décembre au MD Anderson Cancer Center de Houston dans le Texas. Les lecteurs de Slate.fr et SlateAfrique connaissent cette plume anglo-saxonne, souvent traduit pour le plaisir des lecteurs français. Ce journaliste prolifique et polémique, figure intellectuelle bien connue du grand public anglo-saxon, a entre autres écrit un best-seller, Dieu n’est pas grand: comment la religion empoisonne tout. Contributeur de Vanity Fair et de The Atlantic, Hitchens était un chroniqueur régulier de Slate.com. Christopher était l'intellectuel idéal. Beaucoup de lecteurs avaient même l’impression de le connaître confie son confrère de Vanity Fair Graydon Carter. «Marcher avec lui dans les rues de New York était comme escorter une star de cinéma à travers la foule», confie le journaliste

En juin 2010, Christopher Hitchens apprend qu’il a un cancer de l’œsophage, un combat contre la maladie commence pour le journaliste. Même si l’homme a dû limiter ses apparitions publiques, sa production d’essais, de chroniques n’a connu aucun fléchissement. Son esprit a brillé jusqu’au dernier jour.

Lors d’une rare apparition dans ses derniers mois, à la convention de l’alliance athéiste d’Amérique, Hitchens avait concédé qu’il n’avait plus beaucoup de temps devant lui, mais avait déclaré qu’il ne comptait pas arrêter de travailler à cause de la détérioration de sa santé: «Je ne vais pas abandonner jusqu’au moment où j’y serai vraiment forcé», avait-il confié.

De nombreux journalistes lui rendent aujourd’hui hommage. Christopher était brave pas seulement face à la maladie qui l'a emporté, mais courageux en paroles et en pensée écrit Graydon Carter dans Vanity Fair.

Slate.com revient sur les ennemis et amis de cet homme à l’esprit tranché. Parmi ses bêtes noires, Henry Kissinger, Mel Gibson, le pape Benoit XVI, Michael Moore, Mère Thérésa…

Ses amis, Ahmad Chalabi, Ayaan Hirsi Ali…

Lu sur Slate.com, Vanity Fair

A lire aussi

La Tunisie ne doit pas oublier Bourguiba

Mugabe, le pire des dictateurs africains

Les chroniques de Christopher Hitchens sur Slate.fr

Goodbye Sir