mis à jour le

Kenya: face aux tensions, report de l'élection dans les fiefs de l'opposition

La crise électorale s'est encore aggravée vendredi au Kenya, où le scrutin prévu samedi dans les bastions de l'opposition a été à nouveau reporté pour des raisons sécuritaires, retardant d'autant l'annonce de la victoire attendue d'Uhuru Kenyatta à cette présidentielle boycottée par l'opposition.

Dans un nouvel épisode de cette saga présidentielle ayant causé instabilité et inquiétudes dans l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, la Commission électorale (IEBC) a décidé de reporter le vote qui devait avoir lieu samedi dans l'ouest du pays, majoritairement peuplé par l'ethnie luo, celle de l'opposant historique, Raila Odinga.

Dans ces quatre comtés de l'ouest (Homa Bay, Kisumu, Migori et Siaya) sur les 47 que compte le pays, la présidentielle de jeudi n'avait pu être organisée à cause d'une situation chaotique et des menaces sécuritaires. La plupart des bureaux de vote y étaient restés fermés, le matériel électoral n'ayant pu être acheminé et les agents électoraux craignant pour leur sécurité.

En raison des menaces pesant sur le personnel électoral, la Commission électorale (IEBC) a décidé de "reporter l'élection (...) à une date qui sera annoncée dans les jours prochains", a déclaré son chef, Wafula Chebukati.

 - 'Vies en danger' -

"Quand il s'agit de notre personnel (...), quand leurs vies sont en danger, nous, en tant que commission, sommes profondément préoccupés", a-t-il expliqué.

Plus la journée de vendredi avançait, plus la situation se tendait dans les bastions de l'opposition, avec des heurts dans le bidonville de Kawangware (dans la capitale, Nairobi), où des groupes de jeunes se confrontaient à la police, et dans des villes de l'Ouest.

A Kawangware, des partisans de l'opposition ont incendié plusieurs échoppes de commerçants kikuyu, l'ethnie du président Uhuru Kenyatta, majoritaire dans le pays.

Le scrutin de jeudi était organisé après un coup de théâtre et une première en Afrique: l'annulation le 1er septembre par la justice de l'élection du 8 août, à l'issue de laquelle M. Kenyatta avait été proclamé vainqueur avec 54,27% des voix, contre 44,74% à M. Odinga.

La Cour suprême avait justifié cette décision par des irrégularités dans la transmission des résultats, faisant peser la responsabilité de ce scrutin "ni transparent, ni vérifiable" sur la Commission électorale. 

M. Odinga, 72 ans et trois fois candidat malheureux à la présidence (1997, 2007, 2013), a fait pression pour obtenir une réforme de cette Commission, mais l'opposition a jugés insuffisants les changements récemment mis en ½uvre.

Malgré les appels à la retenue des deux camps, des affrontements violents entre partisans de l'opposition et la police ont eu lieu jeudi et vendredi dans les places fortes de l'opposition, où les frustrations et le sentiment de marginalisation ont été exacerbés depuis des années. 

Le Kenya a connu depuis l'indépendance (1963) trois présidents sur quatre issus de l'ethnie kikuyu, qui domine également l'économie du pays.

Ces affrontements ont fait depuis deux jours au moins sept tués par balle et des dizaines de blessés, selon un nouveau bilan de sources hospitalière et policière.

Nombre de partisans de l'opposition avaient laissé entendre qu'ils feraient tout pour empêcher la tenue du scrutin de samedi.

Plus tôt vendredi, l'un des leaders de l'opposition, Musalia Mudavadi avait exhorté ses partisans dans l'ouest à "rester à l'écart" de ce scrutin, qu'il avait qualifié de "piège de la mort". "Nous appelons l'IEBC à annuler ce scrutin forcé. La motivation est clairement malveillante et néfaste et le processus entier est une mascarade", avait-il martelé.

 - Pire crise électorale depuis 10 ans -

Au moins 47 personnes ont été tuées depuis le scrutin présidentiel du 8 août, la plupart dans la répression brutale des manifestations par la police.

Le Kenya est plongé dans sa pire crise électorale depuis les violences politico-ethniques de 2007-2008, les pires depuis l'indépendance du pays en 1963, qui avaient fait au moins 1.100 morts et 600.000 déplacés.

Les opérations de compilation des résultats se sont poursuivies vendredi, la Commission électorale ayant reçu les procès-verbaux de plus de 36.000 des 40.883 bureaux de vote, selon M. Chebukati.

Le résultat ne fait aucun doute: Uhuru Kenyatta est assuré de l'emporter, Raila Odinga ayant décidé de ne pas participer à ce qu'il a qualifié de "mascarade" électorale.

Mais le très faible taux de participation, estimé à moins de 35%, questionne d'ores et déjà la légitimité de M. Kenyatta. S'il est confirmé, ce taux serait, de loin, le plus bas depuis les premières élections multipartites dans le pays en 1992.

Outre le boycottage de l'opposition et les menaces contre les électeurs de M. Kenyatta dans les bastions de M. Odinga, nombre de partisans traditionnels du président sortant ne se sont, semble-t-il, pas déplacés.

Un manque d'engouement qu'expliquent très probablement une lassitude de plus en plus prégnante face aux turpitudes de l'élite politique et un ras-le-bol de la gestion de la crise électorale, qui affecte durement l'économie.

Le journal The Standard synthétisait bien vendredi l'image d'un pays éprouvé, titrant à la une : "Un Kenya, deux visages".

report

AFP

Côte d'Ivoire: le PDCI demande un report des élections locales

Côte d'Ivoire: le PDCI demande un report des élections locales

AFP

Mali: report

Mali: report

AFP

Procès du maire de Dakar: report d'une semaine pour statuer sur sa demande de libération

Procès du maire de Dakar: report d'une semaine pour statuer sur sa demande de libération