SlateAfrique

mis à jour le

Janice Linden, une Sud-Africaine exécutée par la Chine

Elle avait été arrêtée en novembre 2008 à l'aéroport chinois de Guanghzou en possession de trois kilos de méthamphétamine. Elle en est morte. Par injection léthale.

Janice Linden, citoyenne sud-africaine de 38 ans a été exécutée, lundi 12 décembre 2011, en Chine. Elle fait partie de la centaine de personnes exécutées chaque année en Chine pour trafic de drogue.

L'appel du président sud-africain Jacob Zuma adressé aux dirigeants chinois d'épargner la jeune femme n'y a rien fait, pas plus que celui des associations de défense des droits de l'homme comme Amnesty International qui ne cessent de condamner la Chine pour l'utilisation de la peine capitale. Ils condamnent également le système judiciaire chinois qui, selon eux, ne garantit pas un procès juste et équitable.

Janice Linden n'a pas arrêté de clamer son innoncence, arguant que la drogue retrouvée dans ses bagages y avait été cachée sans qu'elle n'en ait connaissance. La Haute Cour de Guangdong et la Cour Suprême de Pékin ont toutes deux rejetté les appels de la jeune femme, qui avait été condamnée en première instance en 2009 pour trafic de drogue.

Le gouvernement sud-africain a affirmé que cette éxecution n'affecterait pas les relations diplomatiques avec la Chine. Comme le révèle la BBC,

«Clayson Monyela, le porte-parole du ministère sud-africain des Relations Internationales et de la Coopération, a déclaré que bien que l'Afrique du Sud soit en désaccord avec la Chine sur la peine de mort, l'exécution ne saurait affecter les relations diplomatiques et commerciales entre les deux pays, leur relation étant basée sur le "respect mutuel" des lois des deux pays.»

Les autorités chinoises l'ont incinérée et remettront les cendres de Janice Linden à sa famille, conformément à un accord conclu entre les deux Etats.

Pour John Kamm, directeur en chef de la Fondation Dui Hua, une association de protection des droits de l'homme basée aux Etats-Unis:

«La Chine a fait des progrès drastiques pour réduire le nombre d'éxécutions, mais ce nombre reste tout de même très haut et a tendance à baisser bien trop lentement» rapporte l'hebdomadaire sud-africain Mail&Guardian.

Selon la même Fondation Dui Hua, quand bien même la Chine a réduit de moitié le recours à la peine capitale depuis 2007, il n'en reste pas moins vrai que près de 4.000 personnes y sont exécutées chaque année.

Le nombre d'éxecutions annuel en Chine représente plus que l'ensemble des exécutions des pays du monde entier pratiquant encore la peine de mort.

Lu sur Mail&Guardian, BBC News

A lire aussi:

Et si la Chine aidait vraiment l'Afrique 

L'Afrique du Sud, patrie des droits de l'Homme

Droits de l'homme, le talon d'Achille d'Alassane Ouattara