mis à jour le

Soldats américains tués au Niger: le ministre américain de la Défense questionné

Le ministre américain de la Défense Jim Mattis s'est entretenu vendredi avec le sénateur John McCain, alors que la tension monte entre les parlementaires et l'administration Trump, après la mort de quatre soldats au Niger.

Le Congrès souhaite que toute la lumière soit faite sur l'embuscade qui a coûté la vie à quatre soldats des forces spéciales américaines au début du mois au Niger.

John McCain, qui dirige la commission des Forces armées du Sénat, a plusieurs fois demandé des explications supplémentaires au Pentagone, notamment sur pourquoi le corps d'un des soldats tués n'a pas été immédiatement évacué.

"J'ai l'impression que nous ne connaissons pas suffisamment d'éléments, mais la situation est en train de s'élucider", a-t-il déclaré devant la presse, au Sénat, après son entretien à huis clos avec Jim Mattis.

"Nous pouvons encore nous améliorer sur la communication, et c'est exactement ce que nous sommes en train de faire", a acquiescé ce dernier. 

L'opération menée le 4 octobre avec des soldats nigériens dans l'ouest du Niger, à la frontière avec le Mali, reste bien mystérieuse.

Officiellement, la patrouille américano-nigérienne devait rendre visite à des chefs tribaux. Mais elle est tombée dans une embuscade qui a fait huit morts au total, dont quatre Nigériens et quatre Américains. Ce sont des hélicoptères médicaux français qui ont évacué les blessés.

Jim Mattis avait expliqué que les soldats américains se trouvaient là pour "aider les peuples de la région à se défendre eux-mêmes" contre les "terroristes qui sèment instabilité, meurtres et pagaille depuis cette région.

"Le président, le ministère de la Défense et franchement tout le peuple américain et le gouvernement veulent savoir ce qui s'est passé", a déclaré jeudi la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Jim Mattis, ancien général des Marines, a annoncé jeudi qu'une enquête avait été ouverte sur cette affaire. Selon lui, le corps du sergent La David T. Johnson a été "retrouvé après" l'embuscade, par des forces non-américaines.

"L'armée américaine n'abandonne pas ses soldats, et je vous demanderais de ne pas remettre en cause l'action de troupes prises sous le feu ennemi", a-t-il également déclaré.

Le président américain Donald Trump est pour sa part sous le feu des critiques pour n'avoir pas réagi promptement à la mort des quatre soldats. Il a ensuite présenté des condoléances maladroites à la famille du sergent La David T. Johnson, avant d'affirmer, contre toute évidence, qu'aucun de ses prédécesseurs à la Maison Blanche n'appelait les familles des soldats tombés au combat.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: une sépulture  Tchad: des rébellions qui s'agitent mais restent affaiblies  Tchad: des rébellions armées inquiètent de nouveau 

américain

AFP

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

AFP

Sudan Airways, "durement touchée", espère profiter de la levée de l'embargo américain

Sudan Airways, "durement touchée", espère profiter de la levée de l'embargo américain

AFP

Kenya: un Américain et un Canadien liés

Kenya: un Américain et un Canadien liés

Américains

AFP

Les élus américains s'inquiètent de la présence militaire en Afrique

Les élus américains s'inquiètent de la présence militaire en Afrique

AFP

Niger: d'autres soldats américains dans la zone au même moment

Niger: d'autres soldats américains dans la zone au même moment

AFP

Niger: la mort de soldats américains révèle leur présence au Sahel

Niger: la mort de soldats américains révèle leur présence au Sahel

défense

AFP

Somalie: démissions sans explication du ministre de la Défense et du chef de l'armée

Somalie: démissions sans explication du ministre de la Défense et du chef de l'armée

AFP

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

AFP

Procès Obiang: la défense dénonce une "gesticulation médiatique"

Procès Obiang: la défense dénonce une "gesticulation médiatique"