mis à jour le

Togo: nouvelle journée de mobilisation dans une ambiance tendue

Les Togolais manifestaient de nouveau par milliers jeudi à Lomé mais dans un climat plus tendu que la veille pour réclamer des réformes et protester contre le régime de Faure Gnassingbé qui fait face à une contestation populaire depuis plus d'un mois.

Dans la capitale togolaise, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue, entamant en fin de matinée leur marche depuis trois points de départ différents pour ensuite converger vers le bord de mer de la capitale togolaise.

"Je ne suis pas fatigué et je ne serai jamais fatigué tant que la lutte n'est pas terminée. Même s'il faut marcher tous les jours, je serai dans la rue", a affirmé à l'AFP une jeune conducteur de moto-taxi, Elie Zikla.

L'ambiance était toutefois plus tendue que lors des manifestations de la veille dans plusieurs quartiers se trouvant sur le passage des marches.

"Les manifestants ont barré la route depuis Gakpoto jusqu'au collège Saint-Joseph avec des barricades de pierre et autres qui empêchent les gens de circuler", a déclaré à l'AFP Aimé Adi, directeur d'Amnesty international au Togo.

Dans le quartier Atikoumé à Lomé, des jeunes en colère refusaient de suivre l'itinéraire prévu par les leaders de l'opposition et affirmaient vouloir bloquer les voies, a également constaté un journaliste de l'AFP.

Dans le nord du pays, région autrefois réputée acquise au pouvoir ayant basculé dans la contestation, plusieurs marches ont rassemblé des milliers de personnes comme à Sokodé, Bafilo, Dapaong, selon des témoignages d'habitants  recueillis par l'AFP.

Aucune manifestation n'a revanche eu lieu à Mango dans l'extrême nord du Togo, où un adolescent avait été tué lors d'une précédente manifestation le 20 septembre, et où l'opposition avait ensuite dénoncé des "expéditions punitives" de l'armée togolaise terrorisant la population.

Depuis fin août, c'est la septième grande journée de manifestation organisée par l'opposition pour obtenir des réformes instaurant une limitation des mandats présidentiels - une revendication vieille de plus de dix ans - et le départ du président Gnassingbé.

Les leaders de la coalition de 14 partis politiques à l'origine de cette mobilisation populaire ont baptisé cette journée "Marche de la colère".

Début septembre, le gouvernement avait tenté un geste d'apaisement en soumettant au vote du Parlement un projet de réforme constitutionnelle prévoyant notamment la limitation à deux mandats présidentiels.

Mais l'opposition a boycotté le vote du texte, dénonçant un texte allant à l'encontre de ses revendications, n'étant pas rétroactif, ce qui permettrait au président de briguer deux nouveaux mandats à partir de 2020.

La modification de la Constitution - basée sur le projet de loi du gouvernement - fera donc l'objet d'un référendum "d'ici à la fin de l'année" selon une source proche de la présidence.

AFP

Ses derniers articles: Crise au Togo: Lomé retrouve le calme, Sokodé "ville fantôme"  Zimbabwe: critiques contre la nomination de Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS  Kenya: Kenyatta et Odinga appellent au calme pour l'élection du 26 

mobilisation

AFP

Togo: deuxième jour de mobilisation massive contre le régime

Togo: deuxième jour de mobilisation massive contre le régime

AFP

Douze morts

Douze morts

AFP

"On n'y croit plus": en Tunisie, la difficile mobilisation des électeurs

"On n'y croit plus": en Tunisie, la difficile mobilisation des électeurs

nouvelle

AFP

Kenya: la nouvelle élection présidentielle en quatre questions

Kenya: la nouvelle élection présidentielle en quatre questions

AFP

Centrafrique: nouvelle accusation de viol contre des Casques bleus

Centrafrique: nouvelle accusation de viol contre des Casques bleus

AFP

Probo Koala: nouvelle action en justice des victimes ivoiriennes aux Pays-Bas

Probo Koala: nouvelle action en justice des victimes ivoiriennes aux Pays-Bas