SlateAfrique

mis à jour le

La compagnie aérienne low-cost qui veut conquérir l'Afrique

En quelques années, EasyJet s’est imposé comme l’une des principales compagnies aériennes low-cost (bas coût) d’Europe. Et l’entreprise ne compte pas s’arrêter là. EasyJet a décidé d’investir le marché africain, apprend-on sur le Wall Street Journal. Déjà bien implanté sur le Vieux Continent, le président de la compagnie aérienne Stelios Haji-Ioannou souhaite étendre son groupe.

«L'Afrique doit désormais être considérée comme la dernière frontière de la révolution du transport aérien qui a débuté aux Etats-Unis dans les années 70 et que je suis fier d'avoir menée en Europe dans les années 90», déclare t-il à l’AFP.

Le continent noir constitue un marché très prometteur. La cible de cette compagnie est la classe moyenne en plein essor qui alimente un trafic en hausse. Trafic qui, selon des chiffres de l'Association internationale du transport aérien (ATA), a augmenté de 4,2%. Haji-Ioannou souhaite lancer une compagnie à bas coût pour l’Afrique avec des partenaires.

EasyGroup va investir dans Rubicon Diversified Investments, une petite société cotée en Grande-Bretagne, dont le groupe africain Lonrho est également actionnaire. Le projet n’est encore qu’une ébauche mais Haji-Ioannou déjà a déposé un nom trouvé par les partenaires pour la compagnie: Fastjet.com.

«Dans tous les pays du monde, les compagnies à bas coûts ont été bien reçues par le marché et je ne doute pas que ce serait le cas aussi en Afrique», affirme John Strickland, un spécialiste du secteur aérien, qui dirige le cabinet JLS Consulting.

Et d’ajouter:

«Cela pourrait être vraiment un moteur pour les économies africaines.»

Originaire de Chypre, le Britannique Stelios Haji-Ioannou crée EasyJet en 1995, grâce à un prêt de 5 millions de livres de son père, un armateur. Aujourd’hui, il contrôle avec les membres de sa famille près de 38% du capital à travers son holding EasyGroup.

Basée à Luton, en Angleterre, la compagnie exploite aujourd’hui 500 lignes, court et moyen courrier et dessert 129 aéroports dans 29 pays d’Europe, d’Afrique du Nord, et du Proche-Orient.

La compagnie a du faire face à la justice à plusieurs reprises. En avril 2010, EasyJet est condamnée «travail dissimulé, entraves aux organes de représentation du personnel et défaut d'immatriculation». La société est accusée d’avoir fait travailler des salariés sous contrat britannique.

EasyJet a également été condamnée pour publicité mensongère et est accusée de discrimination sur les handicapés. Le groupe a refusé d’embarquer des personnes en fauteuil roulant qui n’était pas accompagné d’un individu valide (on recense 3 cas en France, 1 en Suisse).

Lu sur Wall Street Journal, AFP

A lire aussi

L’Afrique des classes moyennes

Le vrai décollage de l'Afrique a enfin commencé

Le capital-investissement, un enjeu essentiel pour l’Afrique