mis à jour le

Zimbabwe: l'opposant Mawarire plaide non coupable de tentative de renversement du gouvernement

Le célèbre opposant zimbabwéen Evan Mawarire a plaidé non coupable des accusations de tentative de renversement du gouvernement du président Robert Mugabe, lundi, au lendemain de son arrestation pour avoir mis en ligne une vidéo soulignant les problèmes économiques du pays.

A la lecture des deux chefs d'accusation - tentative de renversement du gouvernement et incitation à l'émeute -, le pasteur Mawarire a répondu "non coupable" devant la Haute Cour de Harare. Ces accusations sont passibles de 20 ans de prison.

La juge Priscilla Chigumba a accordé à Evan Mawarire une libération sous caution de 200 dollars et l'obligation de se présenter une fois par semaine dans un commissariat.

En juillet 2016, Evan Mawarire avait participé à l'organisation d'un grève paralysante, qui avait bloqué les principales villes du pays, forçant le gouvernement à interdire les manifestation publiques.

Le pasteur âgé de 40 ans a été arrêté par la police dimanche en plein office religieux après avoir diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo critiquant la situation économique désastreuse du pays. Des faits pour lesquels il n'a pas encore été inculpé.

La vidéo montrait de longues files d'attente devant des stations service en raison de la pénurie de carburant au Zimbabwe, qui souffre d'un manque de devises.

Le Zimbabwe a donné cours légal au dollar américain et à d'autres devises étrangères afin de lutter contre une inflation galopante.

Le procès de M. Mawarire pour tentative de renversement doit reprendre mardi.

gouvernement

AFP

Zimbabwe: le nouveau président dissout le gouvernement Mugabe

Zimbabwe: le nouveau président dissout le gouvernement Mugabe

AFP

Togo: l'opposition ne cède pas, le gouvernement annule une conférence internationale

Togo: l'opposition ne cède pas, le gouvernement annule une conférence internationale

AFP

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI