mis à jour le

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

Le président kényan Uhuru Kenyatta peut rester à son poste jusqu'à la prestation de serment d'un chef de l'Etat issu des urnes, a affirmé vendredi le procureur général du Kenya, tentant d'apaiser la crainte d'une crise constitutionnelle si l'élection présidentielle devait à nouveau être reportée.

Après l'invalidation en justice de la réélection de M. Kenyatta lors du scrutin du 8 août, la question de la légitimité du président et de son gouvernement a été soulevée, notamment par l'opposition. Le procureur général Githu Muigai a dès lors pris l'initiative d'une conférence de presse vendredi pour "clarifier" certains points de la Constitution en amont du nouveau scrutin.

"Entre le jour de l'élection et la prestation de serment d'un nouveau président ou d'un président réélu, le gouvernement reste (en poste, ndlr) sans qu'il y ait la moindre vacance (du pouvoir, ndlr)", a-t-il déclaré, précisant que, hormis certaines nominations qu'il n'a plus le droit de prononcer, M. Kenyatta continue d'exercer pleinement ses fonctions de président.

Saisie par l'opposition, la Cour suprême a invalidé le 1er septembre la réélection de M. Kenyatta avec 54,27% des voix, contre 44,74% à l'opposant Raila Odinga.

Initialement prévue le 17 octobre, la nouvelle élection a été reportée jeudi au 26 octobre, de nombreux doutes demeurant toutefois sur la capacité de la Commission électorale (IEBC) à organiser le scrutin dans les temps. La Constitution stipule elle que la nouvelle élection doit être organisée dans les 60 jours suivant la décision de la Cour suprême, soit d'ici au 31 octobre.

"Même dans l'éventualité improbable que l'élection ne soit pas organisée le soixantième jour, cela ne délégitime en rien l'ordre constitutionnel", a soutenu M. Muigai, soulignant que plusieurs possibilités existent, notamment sous la supervision de la Cour suprême, afin d'étendre le délai constitutionnel pour l'organisation du nouveau scrutin.

Semblant réagir aux accusations du camp présidentiel selon lesquelles l'opposition tente de provoquer une crise constitutionnelle menant à un accord de partage du pouvoir et un gouvernement d'union nationale, M. Muigai a soutenu que la création d'un tel gouvernement serait "illégale".

Un des hauts responsables de la coalition d'opposition NASA, Moses Wetangula, a accusé M. Muigai d'être "malicieux et malhonnête", affirmant que M. Kenyatta n'est en ce moment qu'un président intérimaire qui n'occupera plus cette fonction une fois passée la date du 31 octobre.

Lors de la publication mercredi des attendus de sa décision du 1er septembre, la Cour suprême a sévèrement blâmé l'IEBC pour sa gestion des élections du 8 août, évoquant des irrégularités dans la transmission des résultats ainsi que des "problèmes institutionnels systémiques" au sein de cette institution.

Et alors que les invectives entre pouvoir et opposition se font de plus en plus violentes, M. Odinga a répété vendredi qu'il ne participerait au nouveau scrutin qu'à certaines conditions, dont la démission de certains membres de l'IEBC.

Se référant aux vives critiques de M. Kenyatta envers la Cour suprême, que le président accuse d'avoir perpétré un "coup d'Etat", M. Odinga a soutenu que "Uhuru est un fou furieux". "Comme un boxeur dans les cordes, (...) il assène au pays et à ses institutions une rafale de coups désespérés, avec la justice comme cible principale."

AFP

Ses derniers articles: Madagascar: l'épidémie de peste continue de se propager  Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises  Le Parlement panafricain en pleine crise existentielle 

crise

AFP

Au Kenya, le portefeuille du "mwananchi"

Au Kenya, le portefeuille du "mwananchi"

AFP

Face

Face

AFP

A l'ONU, la Centrafrique en crise craint de retomber dans l'oubli

A l'ONU, la Centrafrique en crise craint de retomber dans l'oubli

élections

AFP

Kenya: la police a tué 35 personnes pendant les élections d'août

Kenya: la police a tué 35 personnes pendant les élections d'août

AFP

Elections au Liberia: cinq choses

Elections au Liberia: cinq choses

AFP

Au Liberia, les femmes jeûnent pour des élections sans violences

Au Liberia, les femmes jeûnent pour des élections sans violences

report

AFP

Tunisie: le report des municipales, "un pas en arrière" selon des ONG

Tunisie: le report des municipales, "un pas en arrière" selon des ONG

AFP

CAN-2019: report d'une mission d'inspection des infrastructures au Cameroun

CAN-2019: report d'une mission d'inspection des infrastructures au Cameroun

AFP

Report de la présidentielle en RDC: l'opposition dénonce une "provocation"

Report de la présidentielle en RDC: l'opposition dénonce une "provocation"