mis à jour le

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

Plusieurs syndicats menacent le gouvernement nigérian de déclencher une grève générale susceptible de paralyser les secteurs clés de l'économie comme le pétrole et les banques dès lundi, si leurs revendications salariales ne sont pas satisfaites. 

"Si d'ici ce soir (vendredi), le gouvernement ne répond pas à nos demandes, nous n'aurons pas d'autre option que de lancer une grève nationale", a déclaré Joe Ajaero, président du United Labor Congress (ULC).

L'ULC, issu d'une scission au sein du principal organisme syndical nigérian, le Nigeria Labour Congress (NLC), regroupe 12 syndicats de salariés du pétrole et du gaz, des télécoms, de l'aviation, des banques et de l'énergie notamment.

M. Ajaero a prévenu que si les revendications de l'ULC n'étaient pas satisfaites , "il y aura un arrêt total de l'économie", qui se relève à peine de la récession dans laquelle elle avait plongé il y a un an à cause notamment de la chute des cours du baril de brut.

Les travailleurs réclament le paiement de tous les arriérés de salaires dans le public, un nouveau salaire minimum de 56.000 nairas (130 euros) au lieu de 18.000, et dénoncent la vente annoncée de la compagnie de fourniture d'électricité publique aux opérateurs privés.

Ils demandent également le retrait des militaires employés pour assurer la sécurité des sites pétroliers - notamment dans le delta du Niger (sud-est) - dont la présence serait source de tensions. 

Le ministre du Travail, Chris Ngige, a estimé que la grève serait illégale.

"Appeler à une grève nationale en l'absence de véritable conflit social avec leurs employeurs directs équivaudrait à une violation flagrante des lois du travail existantes et des normes internationales", a-t-il déclaré. 

D'autre part, le gouvernement n'ayant pas encore officiellement reconnu l'ULC, fondé l'an dernier après une lutte de pouvoir au sein du NLC, ce regroupement n'est pas habilité à représenter les syndicats, a ajouté le ministre.

Le Nigeria a connu ces derniers mois une série de conflits sociaux dans le secteur public, notamment les université et les hôpitaux qui réclament le paiement d'arriérés de salaires remontant parfois à plusieurs années, et l'amélioration de leurs conditions de travail.

AFP

Ses derniers articles: La Tunisie depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011  Homme d'affaires ou juriste? Les Tunisiens votent pour une présidentielle  Elections générales sous haute tension au Mozambique 

grève

AFP

Au Zimbabwe, les médecins

Au Zimbabwe, les médecins

AFP

Niger: grève de deux jours des employés d'Orange, en quête d'un repreneur

Niger: grève de deux jours des employés d'Orange, en quête d'un repreneur

AFP

CAN-2019: courte grève des joueurs nigérians pour obtenir leurs bonus

CAN-2019: courte grève des joueurs nigérians pour obtenir leurs bonus

menace

AFP

Au Mali, un patrimoine historique unique menacé par la guerre et l'oubli

Au Mali, un patrimoine historique unique menacé par la guerre et l'oubli

AFP

Au Zimbabwe, la sécheresse fait peser la menace de la famine

Au Zimbabwe, la sécheresse fait peser la menace de la famine

AFP

RDC: inquiétude autour du pillage d'un bois menacé d'extinction

RDC: inquiétude autour du pillage d'un bois menacé d'extinction

syndicats

AFP

Huile de palme au Cameroun: Bolloré assigné en justice par des ONG et syndicats

Huile de palme au Cameroun: Bolloré assigné en justice par des ONG et syndicats

AFP

Certains barrages maintenus

Certains barrages maintenus

AFP

Conakry "ville morte"

Conakry "ville morte"