mis à jour le

Lesotho: le roi appelle

Le roi du Lesotho a exhorté jeudi l'armée à l'unité après le meurtre "embarrassant" de son chef d'état-major par deux officiers supérieurs, la semaine dernière dans ce petit royaume d'Afrique australe à l'histoire politique mouvementée.

"L'assassinat du général Motsomotso nous a embarrassé en tant que nation (...) faisant de nous la risée des nations", a déclaré le roi Letsie III lors des obsèques du général Khoantle Motsomotso à Malibamatso (au nord de la capitale Maseru).

Le général a été assassiné le 5 septembre à Maseru lors d'une fusillade, quand deux officiers, considérés comme appartenant à une faction rivale, ont tenté d'entrer de force dans son bureau.

Ces deux militaires, le colonel Tefo Hashatsi et le général Bulane Sechele, ont été tués par les gardes de corps du chef de l'armée.

Le général Motsomotso est le second chef d'état-major de l'armée du Lesotho tué en deux ans. Dans les deux cas, le colonel Tefo Hashatsi et le général Bulane Sechele ont été pointés du doigt.

"J'appelle tous les membres de l'armée à apporter leur soutien à l'actuel commandant en exercice (Lineo Poopa) pendant que vous vous attelez à mettre fin aux problèmes graves et récurrents de l'armée", a lancé le roi jeudi à l'adresse du corps militaire.

Le monarque, qui s'exprime rarement en public, s'en est aussi pris aux hommes politiques, accusés d'utiliser l'armée à leurs fins.

"Je vous demande (...) de cesser (...) d'approcher les soldats pour accomplir vos sales besognes politiques", a-t-il dit, appelant classe politique et armée à "cesser" de "plonger le pays dans un piteux état".

De son côté, le vice-Premier ministre Monyane Moleleki a affirmé que le gouvernement "ne dormirait pas tant que le pays ne serait pas stable et calme".

Le Lesotho a une longue histoire d'instabilité politique, illustrée par des coups d'Etat militaires en 1986 et 1991, des tentatives comme en 2014 et de nombreux incidents impliquant l'armée.

L'assassinat du général Motsomotso intervient trois mois seulement après les élections législatives.

Le Lesotho sera au coeur des discussions d'un mini-sommet extraordinaire de la SADC (Communauté de développement d'Afrique australe) vendredi à Pretoria.

Enclavé dans l'Afrique du Sud, le Lesotho est une monarchie constitutionnelle. Le roi Letsie III est réduit à un rôle largement honorifique. Cet ancien protectorat britannique est indépendant depuis 1966.

AFP

Ses derniers articles: L'aide médicale afflue en Somalie, la diaspora donne son sang  Madagascar: l'épidémie de peste continue de se propager  Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises 

chef

AFP

Somalie: démissions sans explication du ministre de la Défense et du chef de l'armée

Somalie: démissions sans explication du ministre de la Défense et du chef de l'armée

AFP

Centrafrique: un chef de guerre accuse Bangui d'alimenter les violences

Centrafrique: un chef de guerre accuse Bangui d'alimenter les violences

AFP

Le chef de l'opposition du Zimbabwe est sorti de l'hôpital

Le chef de l'opposition du Zimbabwe est sorti de l'hôpital

l'armée

AFP

Rwanda: l'armée accusée de recourir

Rwanda: l'armée accusée de recourir

AFP

RDC: 10 miliciens tués lors d'une offensive de l'armée dans l'est

RDC: 10 miliciens tués lors d'une offensive de l'armée dans l'est

AFP

RDC: 16 miliciens tués dans des combats avec l'armée

RDC: 16 miliciens tués dans des combats avec l'armée

roi

AFP

Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique

Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique

AFP

Le Maroc annonce une série de réformes après des critiques du roi

Le Maroc annonce une série de réformes après des critiques du roi

AFP

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI