mis à jour le

Un religieux français mis en examen pour des faits de pédophilie en Afrique

Un religieux de 74 ans, appartenant à la Congrégation des frères du Sacré-Coeur, a été mis en examen pour des viols et agressions sexuelles commis en Afrique, a-t-on appris lundi de sources concordantes, confirmant une information du journal Le Parisien.

Frère Albert avait été interpellé mardi par les enquêteurs de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) dans la maison de retraite où il résidait à Espaly-Saint-Marcel, près du Puy-en-Velay (Haute-Loire). 

Mis en examen jeudi pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de (moins de) 15 ans" par un juge d'instruction du pôle criminel de Clermont-Ferrand, il a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire.

"Ce n'est pas un récidiviste. Il a reconnu une partie des faits qui lui étaient reprochés. Il y a eu chez lui une prise de conscience de sa culpabilité. L'homme d'Église qu'il est souhaite répondre à la justice des hommes", a expliqué à l'AFP son conseil, Me Cédric Augeyre. 

De 1992 à 2002, le septuagénaire était directeur d'école à Conakry en Guinée. C'est dans ce cadre-là qu'il aurait abusé de plusieurs adolescents, qu'il entraînait notamment dans l'équipe de football locale. Suite à une dénonciation, il avait ensuite été rappelé en France par sa hiérarchie.

En mars, il avait lui-même confessé ses agissements auprès d'adolescents, filmé en caméra cachée pour l'émission de France 2 "Cash Investigation", diffusée en mars dernier. 

"En Guinée, j'étais à un moment donné comme un intouchable (...) je me sentais invulnérable. Ca m'a quand même donné un coup sur la tête (...). Ca n'a pas tellement duré disons. Quand ça s'est su, on m'a demandé de rentrer", avait-il alors déclaré au journaliste qui l'interrogeait. 

Selon le Parisien, il aurait abusé de quarante enfants lors de son passage dans ce pays d'Afrique. "A ce stade, je n'ai pas connaissances de quarante victimes", a assuré son conseil pour qui l'instruction va être "longue et pénible, pour mon client comme pour les victimes".

Les enquêteurs devraient en effet prochainement poursuivre leur enquête en Guinée et recueillir le témoignage de victimes, dans le cadre de commissions rogatoires, a précisé le parquet de Clermont-Ferrand.

Congrégation d'origine lyonnaise, les Frères du Sacré-Coeur se consacrent à l'éducation de la jeunesse et dirigent de nombreuses écoles en Europe, en Afrique, en Amérique et en Asie.

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle en Côte d'Ivoire : Gbagbo appelle au dialogue sous peine de "catastrophe"  Election présidentielle sous tension en Côte d'Ivoire où Ouattara brigue un 3e mandat  Tanzanie: l'opposant Tundu Lissu rejette en bloc l'élection de mercredi 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: le gouvernement annonce un plan de sauvetage de 638 millions de dollars pour SAA

Afrique du Sud: le gouvernement annonce un plan de sauvetage de 638 millions de dollars pour SAA

AFP

Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot

Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot

AFP

Tensions raciales en Afrique du Sud: une petite ville agricole prie

Tensions raciales en Afrique du Sud: une petite ville agricole prie

examen

AFP

Tunisie: le beau-frère de Ben Ali mis en examen et incarcéré

Tunisie: le beau-frère de Ben Ali mis en examen et incarcéré

AFP

Ports africains: le groupe Bolloré mis en examen pour "corruption"

Ports africains: le groupe Bolloré mis en examen pour "corruption"

AFP

Le chanteur marocain Saad Lamjarred mis en examen pour viol

Le chanteur marocain Saad Lamjarred mis en examen pour viol

français

AFP

Mali: la libération de prisonniers laisse un goût amer aux militaires français

Mali: la libération de prisonniers laisse un goût amer aux militaires français

AFP

Deux soldats français tués au Mali par une bombe artisanale

Deux soldats français tués au Mali par une bombe artisanale

AFP

Français tués au Niger: l'enquête en France confiée

Français tués au Niger: l'enquête en France confiée