mis à jour le

Gabon: l'interdiction de sortie du territoire de leaders de l'opposition levée

Le principal opposant gabonais Jean Ping et plusieurs leaders de l'opposition, interdits le 3 septembre de sortie du territoire, ont de nouveau le droit de voyager, a annoncé le ministère gabonais  de l'Intérieur.

La mesure a été levée vendredi soir car "l'ordre public et la sécurité intérieure (ne sont) plus menacés", selon un communiqué du ministère publié sur les réseaux sociaux vendredi en fin de soirée.

Cette interdiction, qui touchait Jean Ping et "des responsables des partis politiques et associations appartenant à la Coalition pour la Nouvelle République (CNR)", avait été prise après les propos de Jean Ping, le 18 août, qui avait "appelé ses partisans à l'insurrection et à la rébellion", selon le texte.

"Le gouvernement garant de l'ordre public, de la sécurité des biens et des  personnes, avait annoncé et rendu exécutoires, des mesures de police administratives provisoires, dont l'interdiction de sortie du territoire" des personnes pré-citées, ajoute le communiqué.

Lundi, une marche non autorisée d'environ 300 militants pro-Ping a été dispersée à Libreville, entrainant l'arrestation de 36 personnes, dont 16 ont d'ores et déjà été écrouées pour trouble à l'ordre public, selon le procureur de la République, Steeve Ndong Essame Ndong.

M. Ping conteste toujours la réélection d'Ali Bongo Ondimba à la présidence, plus d'un an après l'élection du 27 août 2016.

AFP

Ses derniers articles: En Afrique du Sud, le président  Nord du Burkina: au moins 15 civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes  Malawi: le président Mutharika qualifie de "coup d'Etat judiciaire" l'annulation de la présidentielle 

territoire

AFP

Centrafrique: accord de paix pour accélérer la justice et sécuriser le territoire

Centrafrique: accord de paix pour accélérer la justice et sécuriser le territoire

AFP

Centrafrique: 14 groupes armés pour un seul territoire

Centrafrique: 14 groupes armés pour un seul territoire

AFP

Le Burkina cède des pans entiers de son territoire aux jihadistes

Le Burkina cède des pans entiers de son territoire aux jihadistes