mis à jour le

RDC: la Monusco condamne l'attaque d'un convoi des Casques bleus par une milice pygmée

La Mission de l'ONU au Congo (Monusco) a condamné "fermement" mercredi l'attaque d'un convoi de Casques bleus par une milice pygmée dans le sud-est de la République démocratique du Congo, ayant fait un blessé parmi les soldats onusiens.

"La Monusco condamne fermement l'attaque menée contre son personnel et l'entrave à la liberté de mouvement de la force le 23 août 2017 au Tanganyika, où un convoi des Casques (...) a été pris à partie par une milice Twa (pygmée) très hostile et armée d'arcs et de flèches qui ont entrainé un blessé dans nos rangs", a déclaré le lieutenant colonel Serge Haag, dans une conférence de presse.

Le convoi revenait "d'une mission d'évaluation de la situation sécuritaire" au nord-ouest de Kalemie dans la province du Tanganyika, a précisé le colonel Haag, porte-parole militaire de la force.

"Ce genre de situation permet à nos soldats de faire usage de la force dans le cadre de la légitime défense", a rappelé l'officier, ajoutant néanmoins que "dans la circonstance, nos soldats ont fait preuve d'une grande discipline de feu".

La Monusco est la plus importante mission de maintien de la paix des Nations unies avec 19.000 soldats, policiers et observateurs militaires en RDC où elle est présente depuis 1999.

Depuis décembre 2013, cette milice pygmée s'affronte régulièrement aux Bantous de l'ethnie Luba dans le nord du Katanga (région grande comme l'Espagne, morcelée en 2015 en quatre provinces dont le Tanganyika).

Ce conflit, un des nombreux foyers de tensions en  RDC, est antérieure à l'indépendance de la RDC(1960). Souvent considérés comme des citoyens de seconde zone, les  Pygmées cherchent à faire reconnaître leurs droits, se heurtant souvent au refus de la majorité bantoue.

En février dernier, un accord de non-agression avait été conclu sous la médiation du gouvernement central, des autorités locales et de la Monusco.

Cependant, les heurts entre les deux communautés -qui se soldent souvent par des morts - n'ont pas faibli. Le dernier affrontement d'envergure remonte au début août où une cinquantaine de personnes avaient été tuées.

AFP

Ses derniers articles: Afrique du Sud: le maire de Johannesburg démissionne et claque la porte de son parti  Botswana: l'hostilité frontale entre Masisi et Khama en toile de fond des élections  Dans le sud du Niger, la fermeture de la frontière du Nigeria ruine le commerce 

bleus

AFP

Centrafrique: 3 casques bleus sénégalais tués dans le crash d'un hélicoptère

Centrafrique: 3 casques bleus sénégalais tués dans le crash d'un hélicoptère

AFP

Avenir des Casques bleus au Mali: le Conseil de sécurité réclame des options

Avenir des Casques bleus au Mali: le Conseil de sécurité réclame des options

AFP

Mali: trois Casques bleus tués par des bandits présumés

Mali: trois Casques bleus tués par des bandits présumés

milice

AFP

"Hemeidti", le chef de milice qui a terrorisé le Darfour, devenu homme fort du Soudan

"Hemeidti", le chef de milice qui a terrorisé le Darfour, devenu homme fort du Soudan

AFP

Centrafrique: les ex-chefs de milice Ngaïssona et Yekatom comparaîtront ensemble

Centrafrique: les ex-chefs de milice Ngaïssona et Yekatom comparaîtront ensemble

AFP

Centrafrique: chute d'un chef de milice et dirigeant du footbal africain

Centrafrique: chute d'un chef de milice et dirigeant du footbal africain

monusco

AFP

RDC: l'ONU prolonge le mandat de la Monusco jusqu'

RDC: l'ONU prolonge le mandat de la Monusco jusqu'

AFP

RDC : deux Casques bleus de la Monusco portés disparus

RDC : deux Casques bleus de la Monusco portés disparus

AFP

RDC: la Monusco sans nouvelle d'un Casque bleu tanzanien depuis décembre

RDC: la Monusco sans nouvelle d'un Casque bleu tanzanien depuis décembre