mis à jour le

Afrique du Sud: l'ex-épouse de Zuma se défend de vouloir le protéger

L'ex-épouse du président sud-africain Jacob Zuma, qui brigue sa succession à la tête du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, a démenti mardi que sa candidature était motivée par la volonté de protéger l'actuel chef de l'Etat d'éventuelles poursuites judiciaires.

Ancienne présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma fait partie des principaux prétendants à la direction du parti, qui doit élire son nouveau chef en décembre.

Son principal rival est l'actuel vice-président Cyril Ramaphosa.

En cas de victoire de l'ANC aux élections générales prévues en 2019, Mme Dlamini-Zuma, 68 ans, deviendrait chef de l'Etat à la place de son ancien mari, qui ne peut accomplir plus de deux mandats de cinq ans.

Interrogée par l'AFP en marge d'un discours à Johannesburg, la capitale économique du pays, elle a estimé "offensant" de suggérer que sa candidature visait à assurer une forme d'immunité à Jacob Zuma, mis en cause dans plusieurs scandales de corruption.

"Je ne vais pas être élue par Jacob Zuma", a-t-elle répondu, "si je suis élue, je le serais par les Sud-Africains et ils auront de bonnes raisons de le faire, c'est pourquoi je trouve ça offensant".

Un influent commentateur politique, Ranjeni Munusamy, a écrit cette semaine que Jacob Zuma soutenait la candidature de son ex-épouse "non pas parce qu'il est convaincu par ses qualités de dirigeante mais pour sa propre survie".

Mme Dlamini-Zuma n'a pas encore publiquement déclaré sa candidature à la tête de l'ANC mais fait ouvertement campagne depuis plusieurs semaines auprès des délégués du parti qui se prononceront à la fin de l'année.

Lors de son discours mardi, elle a plaidé pour la transformation "radicale" de l'économie, un thème cher à son ex-époux.

"La majorité de la population est privée de terres, l'économie stagne, se désindustrialise et est dominée par des monopoles détenus pour l'essentiel par des hommes blancs", a déploré l'ex-ministre, "le statu-quo est dangereux pour tout le monde".

Au pouvoir depuis la chute officielle de l'apartheid en 1994, l'ANC est affaibli par le ralentissement de l'économie sud-africaine et les divisions autour de la succession de M. Zuma.

Le parti de feu Nelson Mandela a essuyé un cinglant revers lors des élections locales de 2016, où il a dû céder à l'opposition le contrôle de plusieurs municipalités emblématiques comme Johannesburg et Pretoria.    

Afrique

AFP

Le conflit agropastoral est "la nouvelle menace sécuritaire" en Afrique de l'Ouest (ONU)

Le conflit agropastoral est "la nouvelle menace sécuritaire" en Afrique de l'Ouest (ONU)

AFP

Afrique du Sud: grève générale pour dénoncer un salaire minimum "d'esclave"

Afrique du Sud: grève générale pour dénoncer un salaire minimum "d'esclave"

AFP

France: Vincent Bolloré en garde

France: Vincent Bolloré en garde

Zuma

AFP

Afrique du Sud: la nouvelle conquête de Jacob Zuma contrainte de démissionner

Afrique du Sud: la nouvelle conquête de Jacob Zuma contrainte de démissionner

AFP

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma dénonce les accusations "politiques" lancées contre lui

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma dénonce les accusations "politiques" lancées contre lui

AFP

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma au tribunal pour corruption

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma au tribunal pour corruption