mis à jour le

Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud, est rentrée au Zimbabwe

La première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, qui avait demandé l'immunité diplomatique pour échapper à des poursuites en Afrique du Sud pour agression, est rentrée à Harare dimanche, une affaire qui s'est dénouée lors d'intenses tractations en marge d'un sommet régional à Pretoria où participait son époux Robert Mugabe.

Grace Mugabe, qui figure parmi les favoris pour succéder à son mari âgé de 93 ans, est sous le coup d'une plainte pour coups et blessures contre une mannequin. Gabriella Engels, 20 ans, affirme avoir été agressée violemment, avec un câble et une prise, par la première dame dans un hôtel d'un quartier huppé de Johannesburg. Selon les médias sud-africains, un des fils de Grace Mugabe se trouvait dans le même établissement.

A la suite de cet incident, l'épouse du président zimbabwéen a demandé l'immunité diplomatique, et les spéculations allaient bon train depuis pour savoir où elle se trouvait. 

Elle était attendue samedi à Pretoria au sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), auquel participait son mari, mais elle ne s'est pas présentée.

Elle est finalement rentrée dimanche au Zimbabwe, selon la radio nationale: "Le président Robert Mugabe, qui était accompagné de la première dame, (...) est arrivé à bord d'un vol Air Zimbabwe dimanche très tôt" à Harare.

Le chef d'Etat zimbabwéen a ainsi écourté précipitamment son séjour en Afrique du Sud, où le sommet de la SADC se poursuivait dimanche.

L'affaire Grace Mugabe s'est dénouée en marge de cette réunion des chefs d'Etat, où le président zimbabwéen a retrouvé son homologue sud-africain Jacob Zuma.

Le ministre sud-africain de la Police, Fikile Mbalula, avait affirmé jeudi que la police était en "alerte" pour éviter que Grace Mugabe ne quitte le pays. Dimanche, les autorités sud-africaines n'étaient pas joignables pour indiquer si l'immunité diplomatique lui avait été accordée ou non.

Le gouvernement zimbabwéen n'a fait aucun commentaire sur les derniers déboires de Grace Mugabe, 52 ans, connue pour ses accès de colère. Mais pour la première fois dimanche, la presse d'Etat a mentionné l'incident, dénonçant "l'emballement des médias locaux et étrangers" qui "n'ont rien d'important à dire". 

"Les propos du ministre sud-africain de la Police Fikile Mbalula ne sont que spéculation et désinformation", a affirmé dans un éditorial le Sunday Mail. 

- 'Voleuse' -

De son côté, le principal parti d'opposition zimbabwéen, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a demandé que tout soit fait pour que Grace Mugabe réponde de ses actes devant la justice. 

"Il ne devrait pas y avoir d'impunité" pour la première dame, "une voleuse et une femme violente qui a agressé de façon abominable une jeune personne innocente", a déclaré à l'AFP le porte-parole du MDC, Obert Gutu.

"Elle est une disgrâce et elle nous doit des excuses pour avoir sali l'image de notre pays", a-t-il ajouté.

L'organisation sud-africaine qui défend Gabriella Engels, AfriForum, a dénoncé le départ "en secret" de Grace Mugabe et la "culture de l'impunité" de la part de "dirigeants corrompus qui se protègent mutuellement". 

AfriForum entend saisir rapidement la justice, dans le cas où Grace Mugabe se serait vue accorder l'immunité diplomatique, a déclaré à l'AFP un avocat de l'organisation, Willie Spies. 

Les nouveaux déboires de Grace Mugabe ont testé les relations entre l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, qui entretiennent des liens diplomatiques et économiques étroits.

Concomitamment à l'affaire Grace Mugabe, un conflit a opposé les compagnies aériennes des deux pays, Air Zimbabwe et South African Airways (SAA), au sujet d'un permis de vol. 

Un avion d'Air Zimbabwe s'est vu refuser l'autorisation de décoller de Johannesburg vendredi soir faute d'avoir produit le document, et tous les vols de SAA entre l'Afrique du Sud et le Zimbabwe ont été annulés samedi.

Dans la soirée de samedi, le conflit a toutefois été réglée, selon le ministère sud-africain des Transports. Quelques heures plus tard, Robert Mugabe rentrait avec son épouse à Harare, à bord d'un vol Air Zimbabwe. Et SAA a repris dimanche ses liaisons entre les deux pays.

AFP

Ses derniers articles: Guinée équatoriale: un artiste arrêté, l'Etat et la famille divergent sur les raisons  RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre  Kenya: la faune sauvage décimée par des invasions de réserves privées 

Afrique

AFP

Manifestations coordonnées en Afrique francophone pour dire non au franc CFA

Manifestations coordonnées en Afrique francophone pour dire non au franc CFA

AFP

Le leader de l'opposition zimbabwéenne hospitalisé en Afrique du Sud

Le leader de l'opposition zimbabwéenne hospitalisé en Afrique du Sud

AFP

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

rentrée

AFP

Swaziland: rentrée scolaire exclusivement  chrétienne

Swaziland: rentrée scolaire exclusivement chrétienne

AFP

Mali: rentrée scolaire

Mali: rentrée scolaire

AFP

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

Zimbabwe

AFP

Le Zimbabwe de nouveau autosuffisant sur le plan alimentaire, selon Mugabe

Le Zimbabwe de nouveau autosuffisant sur le plan alimentaire, selon Mugabe

AFP

Retour au Zimbabwe de Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud

Retour au Zimbabwe de Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud

AFP

Annulation de tous les vols SAA entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud

Annulation de tous les vols SAA entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud