mis à jour le

Des partisans de l'opposant Etienne Tshisekedi paradent à Kinshasa, le 28 novembre 2011. REUTERS/Finbarr O'Reilly
Des partisans de l'opposant Etienne Tshisekedi paradent à Kinshasa, le 28 novembre 2011. REUTERS/Finbarr O'Reilly

RDC: un climat lourd de tensions post-électorales

Retour sur les jours qui ont suivi le vote du 28 novembre en République démocratique du Congo. A la veille des résultats du scrutin présidentiel, on redoute une crise post-électorale.

Mise à jour du 9 décembre 2011: Le président sortant de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a été proclamé le 9 décembre vainqueur de l'élection présidentielle à un tour du 28 novembre, a annoncé la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Selon les résultats provisoires communiqués par le président de la Céni, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, Joseph Kabila, 40 ans, élu une première fois en 2006, l'a emporté avec 48,95 % des voix, devant l'opposant de 78 ans Etienne Tshisekedi qui a totalisé 32,33 % des suffrages. Mais son rival Etienne Tshisekedi s'est immédiatement proclamé "président élu".

****

 

Prudence. Les observateurs électoraux se sont exprimés avec une certaine réserve au lendemain de la présidentielle et des législatives du 28 novembre en République démocratique du Congo. Tous ont relevé des «irrégularités», signalé des difficultés d’ordre technique et logistique et déploré des violences. Mais ils ont appelé au respect du verdict des urnes, craignant une flambée de violences après une campagne électorale qui a fait plusieurs morts et de nombreux blessés.

Bien avant les scrutins à un seul tour, une frange de l’opposition a accusé la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de préparer des «fraudes massives» en faveur du président sortant Joseph Kabila, arrivé au pouvoir en 2001 après l’assassinat de son père et élu en 2006 pour un mandat de cinq ans. Principal accusateur: l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi, qui brigue la magistrature suprême pour la première fois.

Faut-il annuler le scrutin?

Loin de rassurer l’UDPS, le passage aux urnes n’a fait que confirmer ses soupçons. Alors que les électeurs ont parfois voté jusqu'au mercredi 30 novembre à la suite des retards enregistrés dans une partie des 64.000 bureaux de vote, le secrétaire général du parti Jacquemin Shabani a dénoncé «les fraudes et les violences qui ont émaillé le processus ces trois derniers jours, entre autres les interventions musclées des militaires dans les bureaux de vote au vu et au su des observateurs internationaux et nationaux».

Reste qu’Etienne Tshisekedi —qui a boycotté les élections de 2006, les jugeant entachées d’irrégularités— n’a pas demandé l’annulation du vote, comme l’ont fait trois autres candidats à la présidentielle, qui évoquaient entre autres des «fraudes» et des «irrégularités». Une demande d’annulation que le président de la Céni, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, a d’ailleurs déclinée:

il «n'y a rien pour annuler ces élections, vraiment rien, on n'y pense même pas!».

Pendant ce temps, des messages ont commencé à circuler par SMS et sur Internet. Ils donnaient par province les résultats de la course à la présidence. Problème: en fonction de l’affiliation politique, les pourcentages flattaient nettement tel ou tel candidat. C’est ainsi que des militants ont chanté ou dansé la victoire d’Etienne Tshisekedi, de Joseph Kabila et de l’ex-président de l’Assemblée nationale Vital Kamerhe.

En réaction, les autorités ont ordonné aux opérateurs mobiles de suspendre le service de textos, et la Céni a déclaré à l’AFP qu’il fallait «couper court aux rumeurs qui circulent sur l’Internet, propagées par des personnes non autorisées». Depuis vendredi 2 décembre, jour où son site web a été brièvement piraté avec l’apparition de tendances, la Commission électorale délivre donc quotidiennement des résultats. Concernant les chiffres au 4 décembre sur plus de 50% des bureaux, mais avec des disparités de taux de compilation selon les provinces, ils placent Joseph Kabila puis Etienne Tshisekedi en tête, avec derrière neuf prétendants.

Batailles de chiffres

Comment ces résultats partiels sont-ils perçus? La majorité a salué une attitude «responsable» de la Céni. Mais Vital Kamerhe et un représentant d’Etienne Tshisekedi, entre autres, ont signé le 3 décembre une déclaration où ils qualifient «tout résultat partiel» comme étant «nul». Car, à l'instar des observateurs congolais et étrangers, ils réclament des chiffres plus précis qui mentionnent les bureaux de vote et les centres locaux de compilation des résultats ayant servi de base.

«Le rapport par bureau de vote sera donné après avoir donné les résultats provisoires» sur l’ensemble des bureaux, a indiqué dimanche 4 décembre le président de la Céni, le pasteur Ngoy Mulunda.

«L’UDPS (…) met en garde monsieur Ngoy Mulunda et monsieur Kabila de respecter la volonté du peuple congolais dans la publication des résultats qui vont suivre. Je vais le dire que, en cas contraire, ils risquent de commettre des actes suicidaires pour eux», avait déclaré la veille à la presse Etienne Tshisekedi.

«J'en appelle à l'ensemble de notre peuple de rester vigilant pour que en cas de besoin ils puissent exécuter le mot d'ordre que je vais leur donner», a-t-il ajouté sans plus de précision, déclenchant des applaudissements nourris de cadres et militants de son parti.

Les résultats provisoires globaux sont attendus le 6 décembre. Au fur et à mesure, l’inquiétude et la crainte de nouvelles violences grandit. Pour prévenir une telle perspective, de nombreux Congolais ont fait des provisions de nourriture et d’eau. En outre, certains demandent aussi à leurs enfants de ne pas aller à l’école.

Habibou Bangré, à Kinshasa

A lire aussi

RDC: fin de campagne dans la violence

RDC: la politique de la violence

RDC: comment éviter les fraudes

RDC: pourquoi l'opposition risque de se prendre une raclée?

La part d'ombre de Joseph Kabila

Etienne Tshisekedi, la dernieère lutte du sphinx

Habibou Bangré

Habibou Bangré. Journaliste, spécialiste de l'Afrique. Elle collabore notamment avec The Root.

Ses derniers articles: Moave, la farine fortifiée qui combat l'anémie  Le Cap-Vert a soif d'eau  Les Kinois ont le blues 

élections

AFP

Mali: élections municipales sans entrain et sous tension

Mali: élections municipales sans entrain et sous tension

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

Etienne Tshisekedi

Ambiance Congo

RDC: l'opposition radicale se cherche un nouveau souffle

RDC: l'opposition radicale se cherche un nouveau souffle

Francophonie

Hollande ne pouvait pas snober Kinshasa

Hollande ne pouvait pas snober Kinshasa

RDC

A quoi joue l’opposition congolaise?

A quoi joue l’opposition congolaise?

Joseph Kabila

République démocratique du Congo

Selon un sondage, seuls 7,8% des Congolais sont prêts à voter pour Kabila

Selon un sondage, seuls 7,8% des Congolais sont prêts à voter pour Kabila

Politique

Kinshasa, une bulle d'insouciance dans un Congo inquiet de son futur

Kinshasa, une bulle d'insouciance dans un Congo inquiet de son futur

Cinéma

Film démontant les clichés sur la sorcellerie, «Kinshasa Kids» arrive enfin au Congo

Film démontant les clichés sur la sorcellerie, «Kinshasa Kids» arrive enfin au Congo