mis à jour le

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

L'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, 91 ans, a appelé à une marche mardi à Dakar pour "réclamer" les cartes d'électeurs pour les législatives de dimanche, dans un secteur déclarée "zone interdite" par les autorités.

Abdoulaye Wade, qui a dirigé le Sénégal de 2000 à 2012 et qui a pris la tête d'une liste d'opposition pour ces législatives, a appelé à une "marche de réclamation des cartes d'électeurs mardi 25 juillet à partir de 15H00" (locales et GMT), selon un communiqué de sa coalition électorale.

La marche doit en principe se dérouler sur un itinéraire allant de la place de l'Indépendance au ministère de l'Intérieur, en passant devant le Palais présidentiel, dans le centre-ville de la capitale sénégalaise.

La manifestation est prévue "dans une zone interdite. On n'a pas besoin de l'interdire", a affirmé mardi à l'AFP le préfet de Dakar, Serigne Babacar Kâne. 

Il a évoqué un arrêté du ministère de l'Intérieur datant de 2011, alors qu'Abdoulaye Wade était au pouvoir, interdisant toute manifestation dans le centre-ville de Dakar, pour notamment des raisons de sécurité.

La coalition dirigée par M. Wade a annoncé mardi le maintien de la marche malgré cet arrêté d'interdiction.

Rentré au Sénégal le 10 juillet, l'ex-président sénégalais conduit une liste d'opposition au nom d'une coalition menée par le Parti démocratique sénégalais (PDS), dont il est toujours le chef.

De nombreuses personnes inscrites sur les listes électorales n'ont pas encore retiré leurs cartes d'électeur dans plusieurs zones du pays et risquent d'être privées de vote dimanche, selon l'opposition.

Celle-ci accuse le gouvernement de n'avoir pas produit à temps suffisamment de cartes dans le but de priver de votes ses électeurs.

La moyenne nationale de retrait des cartes d'électeurs est de plus de 70%, a déclaré mardi à la presse le ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo. Plus de 6 millions de personnes se sont inscrites pour voter, selon les autorités. 

Le président Macky Sall a saisi lundi le Conseil constitutionnel pour autoriser les personnes qui n'auront pas retiré leurs cartes d'électeur d'ici dimanche à voter avec une autre pièce d'identité comme un passeport ou un permis de conduire, mais l'initiative a été rejetée par plusieurs partis et coalitions de l'opposition.

Les législatives de dimanche seront organisées avec la participation d'un nombre record de 47 listes, contre 24 en 2012. La campagne électorale ouverte le 9 juillet s'achève vendredi. 

Le scrutin vise à renouveler l'Assemblée nationale, où le nombre des sièges va passer de 150 à 165, après une révision constitutionnelle adoptée en mars 2016 et créant 15 postes de députés pour représenter la diaspora sénégalaise.

AFP

Ses derniers articles: Au Liberia, le réconfort dans la prière après la mort d'une trentaine d'enfants  RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France  RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile 

législatives

AFP

Au Tchad, les élections législatives jouent l'Arlésienne

Au Tchad, les élections législatives jouent l'Arlésienne

AFP

Niger: le calendrier des élections dévoilé, présidentielle et législatives fin décembre 2020

Niger: le calendrier des élections dévoilé, présidentielle et législatives fin décembre 2020

AFP

Législatives d'octobre en Tunisie: début du dépôt des candidatures

Législatives d'octobre en Tunisie: début du dépôt des candidatures

marche

AFP

L'Europe incitée

L'Europe incitée

AFP

Zimbabwe: une troisième marche de l'opposition interdite

Zimbabwe: une troisième marche de l'opposition interdite

AFP

Cameroun: Une marche du principal parti d'opposition empêchée

Cameroun: Une marche du principal parti d'opposition empêchée

Wade

AFP

Sénégal: l'Etat minimise les menaces de Wade et juge impossible de "truquer des élections"

Sénégal: l'Etat minimise les menaces de Wade et juge impossible de "truquer des élections"

AFP

Sénégal: la présidentielle "inch Allah aura lieu" le 24 février malgré la menace de Wade

Sénégal: la présidentielle "inch Allah aura lieu" le 24 février malgré la menace de Wade

AFP

Sénégal: la justice française refuse

Sénégal: la justice française refuse