mis à jour le

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Le général Gilbert Diendéré a obtenu une liberté provisoire dans l'affaire de la mort de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara, mais reste en détention pour d'autres dossiers, a révélé jeudi son avocat à la presse locale.

"Lundi 17 juillet, nous avons obtenu une liberté provisoire" dans le dossier Thomas Sankara. Mais "il reste détenu pour d'autres causes", explique Me Barterlé Mathieu Somé dans un entretien au quotidien burkinabè l'Observateur Paalga.

Le général Diendéré, homme fort du régime de l'ex-président Blaise Compaoré, renversé par des émeutes populaires en 2014, a été inculpé en 2015 d'"attentat, assassinats, recel de cadavres" dans l'affaire Sankara.

Thomas Sankara, président iconique du Burkina Faso qui a marqué les esprits par son intégrité, a été tué en 1987 lors d'un coup d'Etat qui a porté au pouvoir son frère d'armes Blaise Compaoré.

Le général Diendéré est incarcéré à Ouagadougou depuis le coup d'état manqué de septembre 2015, dont il est le principal auteur.

Il est poursuivi à ce titre pour "atteinte à la sûreté de l'Etat, séquestration, terrorisme et crime contre l'humanité".

L'ancien chef d'état-major du président Compaoré est également inculpé pour "complicité d'arrestation illégale, coups mortels, recel de cadavre" dans le dossier Dabo Boukary, un étudiant burkinabè enlevé et assassiné en 1990.

"Ca été des inculpations en cascade parce qu'on a estimé que si quelque chose se passe au Burkina, le général (Diendéré) est forcément (impliqué). On lui reprochait, vu son rang, le poste qu'il occupait, d'être censé être au courant de tout ce qui se passait", déplore Me Somé.

Il a affirmé avoir introduit une demande de remise en liberté pour les autres dossiers. 

Longtemps resté en veille sous le régime Compaoré, le dossier de l'assassinat du capitaine Sankara a connu une accélération sous le gouvernement de transition qui a ordonné, fin mars 2015, l'ouverture de cette enquête judiciaire.

Au total, 13 personnes ont été inculpées dans l'assassinat du "père de la révolution burkinabè".

Blaise Compaoré, qui vit en exil en Côte d'Ivoire, a été inculpé de "complicité d'attentat, d'assassinat et complicité de recel de cadavre".

Il est visé par un mandat d'arrêt, tout comme l'ancien adjudant-chef Hyacinthe Kafando, l'un de ses anciens gardes du corps, souvent présenté comme le chef du commando qui a abattu Sankara.

AFP

Ses derniers articles: Bousculade au Maroc lors d'une distribution d'aide: au moins 15 morts  Finale aller de la CAF: pas d'incident  Zimbabwe: Mugabe a "accepté de démissionner", selon son entourage 

affaire

AFP

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

AFP

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

AFP

Afrique du Sud: une commission d'enquête blanchit Zuma dans une affaire de corruption

Afrique du Sud: une commission d'enquête blanchit Zuma dans une affaire de corruption

liberté

AFP

Ouganda: le chef de l'opposition remis en liberté et inculpé

Ouganda: le chef de l'opposition remis en liberté et inculpé

AFP

Législatives au Sénégal: la Cour suprême refuse la liberté provisoire au maire de Dakar

Législatives au Sénégal: la Cour suprême refuse la liberté provisoire au maire de Dakar

AFP

Tunisie: manifestation pour la liberté de manger en public durant le ramadan

Tunisie: manifestation pour la liberté de manger en public durant le ramadan

prison

AFP

Cameroun: 25 ans de prison

Cameroun: 25 ans de prison

AFP

Afrique du Sud: prison pour deux fermiers blancs coupables d'avoir enfermé un Noir dans un cercueil

Afrique du Sud: prison pour deux fermiers blancs coupables d'avoir enfermé un Noir dans un cercueil

AFP

Soudan: prison ferme pour un journaliste après un article sur la famille Béchir

Soudan: prison ferme pour un journaliste après un article sur la famille Béchir