mis à jour le

CAF: réformes en vue pour la Coupe d'Afrique des nations?

Fréquence, période de compétition, pays qualifiés: la Coupe d'Afrique des nations (CAN) pourrait bénéficier d'une nouvelle formule à l'issue d'un colloque de deux jours de la Confédération africaine, qui débute mardi au Maroc en présence du président de la Fifa, Gianni Infantino.

Lors de son élection à la surprise générale, Ahmad Ahmad, le président de la CAF qui a remplacé l'indéboulonnable Issa Hayatou, s'était engagé à réformer le football continental.

Des promesses qui ont donc abouti à cet évènement à Rabat et sera nourri par les réflexions d'anciennes stars africaines (Joseph-Antoine Bell, Rabah Madjer, Jay-Jay Okocha, etc) ou de sélectionneurs (Florent Ibenge, Hervé Renard, Claude Le Roy, etc).

Vendredi, un comité exécutif de l'instance, suivi d'une assemblée générale extraordinaire intégrant les 55 pays membres de la CAF, pourrait ensuite adopter les changements.

Actuellement, la CAN a lieu tous les deux ans entre janvier et février et les championnats européens, notamment en France et en Angleterre où évoluent de nombreux Africains, se plaignent régulièrement d'être privés de leurs joueurs en milieu de saison.

Lors de son long mandat, Hayatou avait toujours refusé de déplacer la CAN en juin, arguant qu'à cette saison, il fait trop chaud en Afrique du nord, trop humide en Afrique centrale et trop froid dans le sud.

Ahmad, plus enclin à une certaine ouverture, pourrait faire bouger les choses à la lumière du cas du Cameroun à la CAN-2017.

- sur le modèle de l'Euro -

En hiver dernier, six joueurs importants du futur champion d'Afrique, dont le Reds de Liverpool Joel Matip, avaient déclaré que leur carrière en club était plus importante que celle en sélection.

Si les pays européens avaient le dernier mot, la CAN aurait lieu tous les quatre ans, à mi-saison. Mais comme le tournoi a une signification plus grande sur le continent qu'un simple tournoi de foot, en terme d'impact sur les infrastructures du pays-hôte, il semble probable qu'il reste organisé tous les deux ans.

En revanche, il pourrait être disputé à 24 équipes, contre 16 actuellement, sur le modèle de l'Euro en France, quitte à prendre le risque de diluer le niveau global du tournoi.

Cela aurait également des conséquences sur les pays capables d'accueillir l'épreuve, car il faudrait alors avoir six stades disponibles, contre quatre actuellement.

Si un tel scénario devait voir le jour dès 2019, le Cameroun, déjà désigné, pourrait ainsi être supplanté par le Maroc ou l'Algérie.

En Ligue des champions, certains militent pour que les meilleurs clubs soient qualifiés d'office pour la phase de poules à 16 équipes alors que tous doivent actuellement passer par des tours préliminaires potentiellement dévastateurs.

Cette année, le TP Mazembe, quintuple champion d'Afrique, a ainsi été sorti en 16e de finale, avec des conséquences financières fâcheuses.

Pour réduire les coûts dans les catégories de jeunes de la Coupe d'Afrique, Ahmad milite également pour des zones géographiques de qualifications, à l'image de ce qui existe actuellement dans la CHAN, la Coupe d'Afrique des nations réservés aux joueurs évoluant sur le continent.

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre  La star de Liverpool Salah soutient une campagne pour les droits des femmes en Egypte  Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné 

coupe

AFP

A Bangassou, sous la coupe des miliciens antibalaka

A Bangassou, sous la coupe des miliciens antibalaka

AFP

Côte d'Ivoire: DJ Arafat meilleur artiste de coupé décalé

Côte d'Ivoire: DJ Arafat meilleur artiste de coupé décalé

AFP

La Coupe d'Afrique des nations étendue de 16

La Coupe d'Afrique des nations étendue de 16

réformes

AFP

Crise au Togo: Paris appelle

Crise au Togo: Paris appelle

AFP

Kenya: il est encore temps de faire des réformes avant l'élection (Odinga)

Kenya: il est encore temps de faire des réformes avant l'élection (Odinga)

AFP

L'opposition togolaise "n'attend rien" des réformes annoncées par le pouvoir

L'opposition togolaise "n'attend rien" des réformes annoncées par le pouvoir