mis à jour le

Afrique du Sud: la justice autorise un vote de défiance

La plus haute juridiction sud-africaine a autorisé jeudi un vote de défiance au Parlement à bulletins secrets plutôt qu'à main levée contre le président Jacob Zuma, fragilisé depuis des mois par une série de scandales politico-financiers. 

Le président de la Cour constitutionnelle, Mogoeng Mogoeng, a déclaré que la présidente du Parlement Baleka Mbete avait les "pouvoirs constitutionnels" d'organiser un vote de défiance à bulletins secrets. La requête sollicitant ce vote avait été déposée par l'opposition sud-africaine.

"Il est établi que la présidente du Parlement a les pouvoirs constitutionnels d'ordonner qu'un vote de défiance contre le président de la République d'Afrique du Sud soit mené à bulletins secrets", a déclaré jeudi M. Mogoeng. "Le fait que le vote soit mené à bulletins secrets est une décision qui reste catégoriquement entre les mains de la présidente du Parlement", a-t-il précisé.

Les adversaires du chef de l'Etat ont déposé contre lui une nouvelle motion de défiance pour dénoncer le remaniement ministériel controversé de la fin mars, marqué par l'entrée au gouvernement d'une dizaine de ses proches. 

L'opposition a exigé le secret du vote de la motion déposée au Parlement, persuadée de pouvoir "retourner" une partie des députés du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), qui y ont la majorité absolue.

Car si les scandales autour de Jacob Zuma irritent l'opposition, qui réclame régulièrement sa démission, ils ont également créé des remous au sein de l'ANC, et exposé les divisions au sein de ce parti.

En avril, Mme Mbete avait refusé d'envisager ce vote à bulletins secrets, estimant que la Constitution ne l'autorisait pas. L'affaire avait donc atterri devant la Cour constitutionnelle.

Seule Mme Mbete, jusque-là loyale à Jacob Zuma, décidera de l'opportunité de ce vote plutôt qu'à main levée. Aucune date pour ce nouveau vote n'a pour l'instant été fixée.

Lors des votes de défiance précédents, l'ANC a toujours soutenu le chef de l'Etat.

M. Zuma a également jusqu'ici réussi à garder le contrôle de l'ANC, qui doit élire à la fin de l'année son successeur à la tête du parti en vue des élections générales de 2019.

L'actuel vice-président Cyril Ramaphosa, chef des frondeurs anti-Zuma, fait partie des favoris face à Nkosazana Dlamini-Zuma, l'ancienne patronne de l'Union africaine (UA) qui a le soutien du chef de l'Etat, son ex-mari.

AFP

Ses derniers articles: La Tunisie peine  Ebola en RDC: démission du ministre de la Santé sur fond de refus d'un vaccin belge  Tunisie: atterrissage d'urgence d'un avion des forces libyennes pro-Haftar 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: la médiatrice accusée de malhonnêteté par la Cour constitutionnelle

Afrique du Sud: la médiatrice accusée de malhonnêteté par la Cour constitutionnelle

AFP

Afrique du Sud : accusé d'avoir trompé le parlement, Ramaphosa contre-attaque

Afrique du Sud : accusé d'avoir trompé le parlement, Ramaphosa contre-attaque

AFP

Afrique du Sud: Ramaphosa a trompé le Parlement pour la médiatrice de la République

Afrique du Sud: Ramaphosa a trompé le Parlement pour la médiatrice de la République

justice

AFP

Cameroun: la défense de l'opposant Kamto fait appel du renvoi devant la justice militaire

Cameroun: la défense de l'opposant Kamto fait appel du renvoi devant la justice militaire

AFP

Mauritanie: l'opposition dénonce un "état de siège", le pouvoir appelle

Mauritanie: l'opposition dénonce un "état de siège", le pouvoir appelle

AFP

Kenya: la justice bloque un projet controversé de centrale

Kenya: la justice bloque un projet controversé de centrale

secrets

AFP

Ethiopian Airlines: les secrets du cockpit très attendus pour comprendre la tragédie

Ethiopian Airlines: les secrets du cockpit très attendus pour comprendre la tragédie

AFP

Afrique du Sud: Zuma accusé d'avoir utilisé les services secrets pour ses intérêts

Afrique du Sud: Zuma accusé d'avoir utilisé les services secrets pour ses intérêts

AFP

Algérie: les services secrets passent sous le contrôle direct de la présidence

Algérie: les services secrets passent sous le contrôle direct de la présidence