mis à jour le

Tunisie: un animateur vedette de nouveau détenu pour escroquerie

Le présentateur vedette tunisien Samir El Wafi, qui a déjà eu des démêlés avec la justice par le passé, a été placé en détention provisoire pour escroquerie, a indiqué mardi à l'AFP le Parquet.

M. El Wafi "a été interpellé lundi et placé en détention provisoire pour les besoins de l'enquête", selon le porte-parole du Parquet, Sofiène Sliti.

Egalement interdit de voyager, il est soupçonné de "corruption et d'escroquerie", a ajouté la source sans plus de précisions.

Selon des médias tunisiens, M. El Wafi, très proche d'hommes d'affaires et de responsables politiques, aurait reçu des pots-de-vin de la part de certaines personnes en échange d'une promesse d'intervenir en leur faveur.

Samir El Wafi présente tous les dimanches soir sur une chaîne privée une émission au cours de laquelle une personnalité passe sur le gril.

Il est accusé de sensationnalisme par ses détracteurs mais est apprécié par ses fans pour ses questions insistantes, souvent provocantes. 

En 2016, il avait été condamné en appel à trois mois de prison ferme pour escroquerie, après avoir promis à un homme d'affaires en fuite d'intercéder en sa faveur en échange d'une interview.

Son mariage a récemment fait les gros titres. Selon des photos diffusées par des médias, plusieurs personnalités politiques de tous bords -anciens ministres, membres du parti Nidaa Tounès du président Béji Caïd Essebsi mais aussi du parti islamiste Ennahdha- ont assisté aux festivités.

Son interpellation intervient quelques semaines après que le gouvernement a lancé, dans le cadre de l'état d'urgence, ce qu'il a qualifié de "guerre contre la corruption", un fléau qui touche tous les secteurs en Tunisie. 

Les autorités ont ainsi lancé un coup de filet le 23 mai avec le placement en résidence surveillée de l'homme d'affaires Chafik Jarraya. Ce dernier a été qualifié par M. El Wafi, lors de son procès en première instance en 2015, de "plus qu'un ami: un frère". 

Le Parquet a toutefois assuré mardi qu'il n'existait aucun lien entre son interpellation et la campagne anticorruption gouvernementale.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: appel  Le Mozambique avait commandé le nitrate d'ammonium mais n'est pas responsable de l'explosion de Beyrouth  Tunisie: des ONG soutiennent un journaliste algérien condamné 

animateur

AFP

RDC: assassinat d'un animateur radio impliqué dans la lutte anti-Ebola

RDC: assassinat d'un animateur radio impliqué dans la lutte anti-Ebola

AFP

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

AFP

Opposants tués en Tunisie: un animateur TV entendu par la justice

Opposants tués en Tunisie: un animateur TV entendu par la justice

escroquerie

AFP

Afrique du Sud: escroquerie aux billets et aux pièces "contaminés" par le coronavirus

Afrique du Sud: escroquerie aux billets et aux pièces "contaminés" par le coronavirus

AFP

RDC: un opposant condamné à 5 ans de prison

RDC: un opposant condamné à 5 ans de prison

AFP

Tunisie: un animateur vedette condamné

Tunisie: un animateur vedette condamné

nouveau

AFP

Mali: des milliers de manifestants réclament

Mali: des milliers de manifestants réclament

AFP

Soudan: les récentes violences au Darfour visent

Soudan: les récentes violences au Darfour visent

AFP

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne