SlateAfrique

mis à jour le

Une Gambienne à la tête de la Cour Pénale Internationale

Premier procureur de la Cour pénale internationale (CPI) depuis le 21 avril 2003, l’Argentin Luis Moreno-Ocampo arrive au terme de son mandat. Et c’est la Gambienne Fatou Bensouda, son adjointe à la CPI, qui lui succèdera à la cour basée à La Haye, aux Pays-Bas, rapporte le quotidien suisse Le Matin. Auparavant, Fatou Bensouda a occupé le poste de conseiller juridique au Tribunal pénal international pour le Rwanda. Elle a également intégré un gouvernement en Gambie en tant que ministre de la Justice. 

La nomination du Premier procureur de la CPI s’effectuera lors de l’Assemblée des Etats parties qui se tiendra du 12 au 21 décembre, à New-York. Cette assemblée est constituée de 119 Etats membres qui soutiennent le tribunal.

Le 30 novembre, l’Assemblée s’est réunie et a réduit la liste de candidats qui est passée de quatre à deux prétendants, après les retraits du Britannique Andrew Cayley et du Canadien Robert Petit. A l’issue de cette réunion, Fatou Bensouda et le Tanzanien Mohamed Chande Othman étaient les deux seuls candidats restants. Ce dernier s’est finalement retiré.

«La réunion visait à obtenir un consensus et ce consensus s'est fait sur le nom de Mme Bensouda. C'est elle qui va être nommée», a déclaré un diplomate.

Fatou Bensouda a déclaré à l’AFP qu’elle travaillait pour les victimes d’Afrique, rapporte BBC News:

«C’est de là que je tire mon inspiration et mon orgueil», a-t-elle déclaré.

Créée en 1998, à la suite de l’adoption du statut de Rome, la Cour pénale internationale a été instaurée pour juger les individus accusés de génocide, de crime contre l’humanité, et de crime de guerre. A l’heure actuelle, l’instance veut traduire en justice le président Omar el-Béchir pour génocide au Darfour. La Cour pénale internationale cherche également à appréhender des responsables kényans de premier plan et des chefs de milices en République démocratique du Congo.

Dans la nuit du 29 au 30 novembre, l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo est arrivé à La Haye. Soupçonné de crimes contre l’humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011, ce dernier comparaîtra devant le CPI à partir du 5 décembre.

Lu sur Le Matin, BBC News

A lire aussi

Gbagbo, grandeurs et misères d’un «pouvoiriste»

Gbagbo à la CPI : qui va en tirer profit?