mis à jour le

Mondial-U20: "Notez le nom de Patson Daka", insiste Hervé Renard

"Il faut vraiment noter le nom de Patson Daka", insiste auprès de l'AFP Hervé Renard, ancien sélectionneur de la Zambie, très impressionné par le parcours de la jeune équipe et de son avant-centre opposés lundi à l'Italie en quarts de finale du Mondial des moins de vingt ans en Corée du Sud. 

Q: Etes-vous surpris par les performances de la Zambie dans ce Mondial de jeunes ?

R: "Ce n'est pas une surprise parce que j'avais eu la chance d'assister il y a quelques mois à leur sacre de champions d'Afrique (U20). Je connaissais certains joueurs comme Patson Daka, venu faire un essai à Lille quand j'y étais, un joueur qui va faire parler de lui, même au niveau international. Au-delà de lui, j'ai trouvé qu'ils avaient vraiment une équipe. En plus de leurs qualités, il y a cette solidarité et cette façon de vivre ensemble qui est exceptionnelle chez les Zambiens. Ce n'est pas une surprise pour moi, c'est simplement une belle confirmation. Même si je ne pensais pas qu'ils pourraient bousculer l'équipe d'Allemagne comme ça (4-3 en 8e de finale)".

Q: Que pensez-vous de cette nouvelle génération ?

R: "Il y a toujours eu du talent en Zambie, depuis les années 70 notamment. Simplement personne ne s'intéresse à ce pays. Je suis bien placé pour le savoir, je suis resté quatre ans là-bas. J'en ai parlé à énormément de clubs européens et personne n'a eu le courage de se déplacer. C'est un pays anglophone et c'est un peu trop loin... Du coup, beaucoup de joueurs vont en Afrique du Sud qui n'est quand même pas le meilleur tremplin pour s'exporter en Europe. Mais le talent est là. On a beaucoup de qualités dans (cette) génération. On peut qualifier cette année d'exceptionnelle. Car être champion d'Afrique et pour l'instant quart de finaliste d'une Coupe du monde, c'est exceptionnel pour ce pays".

Q: Pouvez-vous décrire le style de jeu de Patson Daka ?

R: "C'est un avant-centre moderne, qui va vite, qui est capable de faire des efforts et des différences car il est adroit et a le sens du déplacement. Je l'ai fait venir à Lille à 17 ans, il fallait attendre un peu pour le faire jouer et j'ai eu la malchance d'être remercié entre temps... Malheureusement pour lui, mais peu importe, car il a signé au Red Bull Salzbourg. Il faut vraiment noter son nom car c'est un joueur très très prometteur".

Q: Avez-vous le sentiment d'avoir contribué indirectement au renouveau du foot zambien avec votre titre de champion d'Afrique 2012 ?

R: "Le talent zambien, ce n'est pas moi qui l'ai créé, moi j'en ai bénéficié. C'est plutôt eux qui m'ont apporté énormément".

Q: Comment voyez-vous le quart de finale contre l'Italie ?

R: "L'équipe de Zambie va jouer. Ils n'ont rien à perdre. Le calcul n'est pas dans sa nature. C'est une équipe portée vers l'avant. Oui, elle peut tomber sur un mur italien et se faire contrer. Mais attention, l'Italie doit vraiment se méfier du talent zambien car quand on les laisse un peu trop s'exprimer, vous avez vu ce qu'ils sont capables de faire. Quand (contre l'Allemagne) on se fait remonter 3-2, 3-3, on prend un coup psychologiquement. Avoir les ressources pour aller chercher la victoire dans les prolongations, 4-3, c'est quelque chose. Quand on est capable de faire ça contre l'Allemagne, je pense qu'on est capable de battre n'importe quelle équipe. Si j'étais italien, je ferais plus qu'attention."

Propos recueillis par Adrien de CALAN

AFP

Ses derniers articles: Egypte: lourdes condamnations pour des violences mortelles devant un stade  Marathon de Berlin: le Kenyan Eliud Kipchoge s'impose en 2h03:34  Kenya: la police saisie pour enquêter sur la commission électorale 

nom

AFP

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

AFP

L'Angola attend le nom du successeur du président Dos Santos

L'Angola attend le nom du successeur du président Dos Santos

AFP

Apartheid: quand une fille trahit son père au nom de la vérité

Apartheid: quand une fille trahit son père au nom de la vérité