mis à jour le

Le Kenya reconnu coupable d'avoir violé les droits de la minorité ogiek

La Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP) a jugé vendredi le gouvernement kényan coupable d'avoir violé les droits et libertés d'une minorité, les Ogiek, en les chassant de leurs terres ancestrales.

La Cour "ordonne" à l'Etat kényan "de prendre toutes les mesures appropriées dans un délai raisonnable pour remédier à toutes les violations jugées établies et d'en informer la Cour dans un délai de six mois à compter de la date du jugement", selon un communiqué.

Les Ogiek, qui constituent l'un des derniers peuples de chasseurs-cueilleurs d'Afrique de l'Est, reprochent au gouvernement plusieurs décennies de marginalisation, notamment l'expropriation de leurs terres ancestrales, dans le complexe forestier de la Mau, le principal du pays, et sur les contreforts du Mont Elgon (ouest).

Dans leur décision, les neuf juges demandent par ailleurs aux représentants des Ogiek de déposer dans un délai de deux mois leurs demandes de réparations.

L'ONG Minority Rights Group International (MRG), basée à Londres, a salué le jugement après une bataille juridique qui a duré huit ans.

"De façon décisive, la Cour a reconnu que les Ogiek, et par conséquent beaucoup d'autres peuples indigènes en Afrique, ont un rôle important à jouer comme gardiens des écosystèmes locaux", a indiqué Lucy Claridge, directrice juridique de l'ONG, une des parties plaignantes, dans un communiqué.

Installée à Arusha, dans le nord de la Tanzanie, la Cour africaine des droits de homme et des peuples a été créée par les pays africains afin d'assurer la protection des droits de l'Homme et des peuples, des libertés et des devoirs en Afrique.

La Cour est compétente pour toutes les affaires concernant l'interprétation et l'application de la charte africaine des droits de l'Homme et des peuples. Mise en place en 2006, elle n'a pas de compétence criminelle, mais peut ordonner à un Etat de verser des dommages et intérêts.

Ses décisions ne sont pas susceptibles d'appel.

Jusqu'à présent, seuls 29 Etats, dont le Kenya, ont ratifié le protocole établissant la Cour.

AFP

Ses derniers articles: Transfert: Slimani prêté  Rwanda: indignation contre des blagues sexistes sur des étiquettes de bières  Egypte: onze "terroristes" tués au Sinaï 

droits

AFP

Soudan du Sud: un défenseur des droits humains condamné

Soudan du Sud: un défenseur des droits humains condamné

AFP

Présidentielle en Mauritanie: Amnesty demande aux candidats de s'engager pour les droits de l'homme

Présidentielle en Mauritanie: Amnesty demande aux candidats de s'engager pour les droits de l'homme

AFP

Algérie: décès en prison d'un militant des droits humains

Algérie: décès en prison d'un militant des droits humains

Kenya

AFP

Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique

Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique

AFP

Ebola: après une fausse alerte, le Kenya veut rassurer sur sa capacité de réponse

Ebola: après une fausse alerte, le Kenya veut rassurer sur sa capacité de réponse

AFP

Le Kenya prévoit de fermer l'immense camp de réfugiés de Dadaab (document HCR)

Le Kenya prévoit de fermer l'immense camp de réfugiés de Dadaab (document HCR)

minorité

AFP

Nigeria: manifestation de la minorité chiite dispersée

Nigeria: manifestation de la minorité chiite dispersée

AFP

Nigeria: 8 morts, dont un journaliste, lors des manifestations de la minorité chiite

Nigeria: 8 morts, dont un journaliste, lors des manifestations de la minorité chiite

AFP

Nigeria: de nouvelles tensions avec la minorité chiite font au moins sept morts

Nigeria: de nouvelles tensions avec la minorité chiite font au moins sept morts