mis à jour le

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Le gouvernement somalien a démis de ses fonctions vendredi le contrôleur général des finances publiques, Nur Jimale, dont les gardes du corps sont soupçonnés d'avoir tué par erreur mercredi le jeune ministre des Travaux publics, a-t-on appris de source officielle.

"Après la lecture d'un rapport sur la mort du ministre Abdullahi Siraji, ministre des Travaux publics, les membres du gouvernement ont décidé à l'unanimité de relever le contrôleur général de ses fonctions. Il sera temporairement remplacé par son adjoint", selon un communiqué du gouvernement réuni en urgence vendredi.

Mercredi soir, le ministre âgé de 31 ans avait été abattu d'une balle au volant de son véhicule dans le quartier sécurisé de la présidence, à Mogadiscio.

Les circonstances exactes n'ont pas encore été clairement établies. Peu après le drame, le contrôleur général avait évoqué "des coups de feu impliquant des soldats qui étaient devenus soupçonneux les uns des autres", laissant entendre qu'une fusillade avait éclaté entre gardes armés.

Mais ce scénario n'a pas été confirmé en l'état et plusieurs responsables sécuritaires ont avancé l'hypothèse que les gardes de sécurité de M. Jimale avaient ouvert le feu sur le véhicule du ministre de peur qu'il ne s'agisse d'un véhicule piégé et d'une nouvelle attaque potentielle des insurgés islamistes shebab.

Ces derniers, qui ont juré la perte du gouvernement, mènent régulièrement des attentats à la voiture piégée jusque dans le c½ur de la capitale somalienne. Mais leur implication dans la mort du ministre est complètement écartée par les autorités somaliennes. 

"Le procureur général et le chef de la police somalienne ont exposé au gouvernement les circonstances de l'incident meurtrier et l'ont informé de l'enquête en cours. En l'état, trois personnes ont été arrêtées en lien avec cet incident", poursuit le communiqué.

Ces trois personnes sont tous membres de la garde rapprochée du contrôleur général, selon M. Jimale lui-même, qui a critiqué devant la presse la décision du gouvernement, arguant qu'il revenait au Parlement et non à l'exécutif de se prononcer sur son limogeage.

L'histoire du jeune ministre Siraji, dont le corps a été inhumé mercredi en présence du président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, dit "Farmajo", était perçue comme une source d'inspiration dans un pays ravagé par les conflits et l'anarchie depuis 25 ans.

Il était à 31 ans le plus jeune membre du nouveau gouvernement nommé en mars. Il avait grandi dans le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, et avait l'an passé remporté une victoire surprise contre un ancien ministre pour devenir député.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: deux des principales figures du "Hirak" vont être libérées (responsable politique)  Libye: les pouvoirs rivaux acceptent de reprendre des pourparlers, selon l'ONU  En Afrique du Sud, la pandémie ravive le dossier brûlant du mal-logement 

limogé

AFP

Clarence Seedorf limogé du poste de sélectionneur du Cameroun, après le fiasco de la CAN

Clarence Seedorf limogé du poste de sélectionneur du Cameroun, après le fiasco de la CAN

AFP

Burkina: le président kaboré limoge les gouverneurs des régions en proie aux attaques jihadistes

Burkina: le président kaboré limoge les gouverneurs des régions en proie aux attaques jihadistes

AFP

Guinée équatoriale: le ministre de l'Economie limogé pour "irrégularités"

Guinée équatoriale: le ministre de l'Economie limogé pour "irrégularités"

ministre

AFP

Maroc: décès de l'ancien Premier ministre Youssoufi

Maroc: décès de l'ancien Premier ministre Youssoufi

AFP

Un nouveau Premier ministre prend ses fonctions au Lesotho après la démission de Thabane

Un nouveau Premier ministre prend ses fonctions au Lesotho après la démission de Thabane

AFP

Le Premier ministre du Lesotho confirme officiellement sa démission

Le Premier ministre du Lesotho confirme officiellement sa démission

mort

AFP

Guinée: les autorités reconnaissent la mort de 30 personnes

Guinée: les autorités reconnaissent la mort de 30 personnes

AFP

Génocide au Rwanda: un des principaux suspects mort depuis près de 20 ans

Génocide au Rwanda: un des principaux suspects mort depuis près de 20 ans

AFP

Botswana: enquête suite

Botswana: enquête suite