mis à jour le

 Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed le 25 mars 2017 au Kenya à Nairobi AFP/Archives SIMON MAINA
Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed le 25 mars 2017 au Kenya à Nairobi AFP/Archives SIMON MAINA

Somalie: le président rentre d'urgence après la mort de l'un de ses ministres

Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a écourté jeudi un déplacement en Éthiopie, après la mort de son ministre des Travaux publics, tué par erreur par un garde de sécurité, sur laquelle il a ordonné une enquête approfondie.

"Le président de la République, qui est maintenant en dehors du pays, a décidé d'écourter son séjour pour participer à l'enterrement", a annoncé le Premier ministre somalien Hassan Ali Khaire, lors d'une conférence de presse.

Le ministre somalien des Travaux publics, Abdullahi Siraji, a été tué mercredi à Mogadiscio, dans un incident impliquant un garde du corps d'un autre officiel somalien, qui aurait tiré par erreur sur le véhicule du ministre.

"J'ai ordonné aux chefs des services de sécurité d'aller immédiatement au fond de cette malheureuse tragédie et de s'assurer que les coupables rendent des comptes", a déclaré sur son compte Twitter le président Mohamed, dit "Farmajo", qui était mercredi en Ethiopie.

"Je suis profondément attristé par la mort du ministre (Siraji). Il était jeune, appliqué et patriote", a-t-il ajouté.

Selon des sources sécuritaires, des gardes armés du Contrôleur général des finances publiques, Nur Jimale, seraient impliqués et le tireur aurait été arrêté.

M. Jimale a confirmé auprès de la presse locale que ses gardes du corps étaient en cause, tout en soulignant que l'enquête se poursuivait.

"Ce qui s'est passé, c'est des coups de feu impliquant des soldats qui étaient devenus soupçonneux les uns des autres, et c'est très grave, un frère a été tué", a-t-il déclaré.

"Il y a une enquête qui se poursuit et nous ne voulons pas spéculer sur les circonstances avant que son résultat soit connu", a-t-il ajouté.

Selon des sources policières, un seul coup de feu aurait été tiré par un des gardes de M. Jimale. La balle a tué M. Siraji, qui conduisait lui-même son véhicule. L'incident s'est produit à proximité du Palais présidentiel, un secteur de la capitale fortement sécurisé.

M. Siraji était à 31 ans le plus jeune membre du nouveau gouvernement nommé en mars. Il avait grandi dans le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, et avait l'an passé remporté une victoire surprise contre un ancien ministre pour devenir député.

Son histoire était perçue comme une source d'inspiration dans un pays ravagé par les conflits et l'anarchie depuis 25 ans.

Rien n'indique que les militants islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda, soient impliqués dans la mort du ministre, même s'ils mènent fréquemment des attentats contre les officiels somaliens.

AFP

Ses derniers articles: Guinée: les autorités reconnaissent la mort de 30 personnes  La défense de Kabuga ferraille contre sa remise  Algérie: la justice rejette la demande de libération du journaliste Khaled Drareni (ONG) 

ministre

AFP

Un nouveau Premier ministre prend ses fonctions au Lesotho après la démission de Thabane

Un nouveau Premier ministre prend ses fonctions au Lesotho après la démission de Thabane

AFP

Le Premier ministre du Lesotho confirme officiellement sa démission

Le Premier ministre du Lesotho confirme officiellement sa démission

AFP

Toujours en fonction, le Premier ministre du Lesotho menacé d'être démis (parti)

Toujours en fonction, le Premier ministre du Lesotho menacé d'être démis (parti)

Mogadiscio

AFP

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de samedi

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de samedi

AFP

Somalie: le bilan de l'attentat de Mogadiscio s'alourdit

Somalie: le bilan de l'attentat de Mogadiscio s'alourdit

AFP

Un avion turc évacue des victimes de l'attentat de Mogadiscio

Un avion turc évacue des victimes de l'attentat de Mogadiscio

mort

AFP

Guinée: les autorités reconnaissent la mort de 30 personnes

Guinée: les autorités reconnaissent la mort de 30 personnes

AFP

Génocide au Rwanda: un des principaux suspects mort depuis près de 20 ans

Génocide au Rwanda: un des principaux suspects mort depuis près de 20 ans

AFP

Botswana: enquête suite

Botswana: enquête suite