SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - Votez aspirateur, char, piano ou tracteur!

Les Egyptiens vivent le 28 novembre leurs premières élections post-Moubarak, un scrutin précédé par une semaine d’affrontements presque ininterrompus entre manifestants et forces de sécurité au Caire et d'autres villes de province.

Reste que pour attirer l'œil et l'attention des électeurs, les partis politiques font usage d'images plus ou moins familières. Du char à l’aspirateur, aucun symbole ne semble avoir été oublié. Des images que le journal The Guardian reproduit dans un portfolio.

Le quotidien britannique revient sur la campagne avec ces affiches électorales de partis qui n’ont pas manqué de créativité et d’imagination pour atteindre tous les Egyptiens, même ceux ne sachant pas lire et vivant dans des régions reculées du Sa’id (la Haute-Egypte) ou du Delta. 

L’utilisation de symboles militaires a certes choqué certains observateurs, mais on peut imaginer que ces symboles rassurent une grande partie de la population égyptienne convaincue que l’Armée a un grand rôle à jouer dans l’Egypte de demain.

On peut supposer que chaque symbole renvoie également aux préoccupations de chaque localité, comme celle de la pompe à eau dessinée en rouge.

La plupart des symboles renvoient à une amélioration des conditions sociales via l’aspirateur, l’eau, une grappe de raisin, des machines agricoles. C’est véritablement une vision de l’Etat volontariste sur le plan social qui se dégage de certaines images, comme celle de l’ambulance. La santé figure parmi les prérogatives des futurs élus.

Sauf que cette volonté d’expliquer chaque symbole est quelque peu aléatoire. Quel lien un candidat peut-il avoir un avec des symboles aussi divers qu'un mixeur, un ballon de football ou même un piano?

L'utilisation de symboles pour distinguer entre les partis et candidats rivaux remonte aux années 1950: une règle établie par Gamal Abdel Nasser, afin d’aider les électeurs analphabètes.

Environ 40 millions d’électeurs sur 82 millions d’Égyptiens sont attendus pour élire les 498 membres de l’Assemblée du peuple (chambre des députés). Les élections se tiennent en plusieurs étapes, jusqu’au 10 janvier. La première étape des élections, qui durera jusqu’au 5 décembre, concerne neuf gouvernorats: Le Caire, Alexandrie, Fayoum, Assiout, Louxor, la Mer Rouge, Port-Saïd, Damiette et de Kafr El-Sheikh. Sur les 168 sièges en jeu dans cette première étape, 56 iront à des indépendants et 112 autres à des candidats en lice pour les listes de partis.

Lu et vu sur The Guardian

A lire aussi

Premier jour des élections législatives, la confusion règne

L'armée a -t-elle trahi la révolution?