SlateAfrique

mis à jour le

Des Togolais pris au piège à La Mecque

Tous les ans, en Arabie Saoudite, la ville sainte de La Mecque accueille des millions de musulmans qui font leur hadj, leur pèlerinage. Si les autorités saoudiennes ont organisé avec succès cet évènement, certains pays ont des difficultés à rapatrier leurs ressortissants. Ainsi, 400 pèlerins togolais sont toujours bloqués à La Mecque depuis la fin du hadj le 9 novembre, révèle Afriscoop.

Cette année, 1.500 Togolais s’étaient rendus à La Mecque pour effectuer le pèlerinage. Le 22 novembre, 500 d’entre eux étaient rentrés en groupe dans leur pays. Une semaine plus tard les autorités togolaises peinaient à rapatrier les 400 ressortissants restants, en raison d'un défaut de paiement, comme l’explique Abass M. Saibou, pèlerin et journaliste:

«Nous nous sommes référés aux responsables de ce pèlerinage ici en Arabie Saoudite, ils nous ont fait comprendre que le Togo n’a plus bonne presse en matière d’organisation de ce voyage religieux. Les Saoudiens exigent le paiement d’une certaine somme pour que nos billets retour soient débloqués (…) Au même moment, à Lomé, on nous a indiqué que cette facture était déjà réglée.»

Cette situation devient problématique pour les pèlerins togolais qui n’avaient pas prévu de rester aussi longtemps en Arabie Saoudite:

«Le pélerinage a fini il y a deux semaines, donc, en principe on devait rentrer plus tôt mais apparemment le contrat n’est pas clair. On est coincé ici, la situation est difficile. A Lomé, on ne nous dit rien, ici également les responsables ne nous disent rien», déplore un autre pèlerin.

Et d'ajouter:

«On est logés dans un immeuble situé à trois kilomètres de la Kaaba (sanctuaire vénéré par les musulmans). Les vieilles et les vieux ont fini leurs provisions et sont même tentés par la mendicité. Le logeur vient de nous menacer de couper l’eau et nous devons normalement vider les lieux. Nous sommes abandonnés. Nous ne savons pas ce que nous allons devenir.»

Ville de naissance de Mahomet, La Mecque est un territoire sacré interdit aux non-musulmans. Le hadj est l’un des cinq piliers de l’islam, tous musulmans capables financièrement et physiquement de se rendre à La Mecque doit effectuer ce pèlerinage au moins une fois. Cette année, trois millions de fidèles ont été recensés, rappelle RFI. Conscientes du bénéfices qu'elles peuvent en tirer, les autorités saoudiennes n'ont pas hésité à dépensé 8 milliards d'euros pour l'extension de la Grande Mosquée. Cette année, le pèlerinage devrait rapporter 7 milliards d’euros à l’économie du pays.

Lu sur Afriscoop, RFI

A lire aussi

Sénégal - La pélerine voleuse échappe à la charia

Le Sénégal reçoit 10.000 moutons saoudiens en cadeau