mis à jour le

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Plusieurs chefs de l'opposition et des militants de la société civile sud-africaines ont annoncé jeudi leur rassemblement au sein du "Mouvement de la Liberté", une nouvelle organisation qui appelle à des manifestations contre le président Jacob Zuma. 

*Il n'a jamais été aussi urgent de s'unir pour stopper la trajectoire actuelle de l'Afrique du Sud", assure un communiqué du mouvement qui appelle les Sud-Africains à manifester le 27 avril prochain, "Jour de la liberté", férié dans le pays.

"Dans cet esprit, nous avons décidé de nous rassembler dans un large mouvement (...) pour initier une série de marches afin que les Sud-Africains puissent exprimer leur colère légitime contre les actions du président Zuma", poursuit le texte.

"Nous devons avoir de l'énergie pour cette lutte. Nous ne nous épuiserons pas car nous luttons pour la liberté de chacun d'entre nous", a lancé le chef de l'Alliance démocratique (DA), Mmusi Maimane, lors d'une conférence de presse organisée dans le township de Soweto, symbole de la lutte anti-apartheid.

Ce nouveau mouvement, qui ne se définit par comme un parti politique, n'inclut pas pour l'instant les Combattants pour la liberté économique (EFF) de Julius Malema, deuxième parti d'opposition. 

L'organisation a reçu un soutien de poids en la personne de Desmond Tutu, qui a tweeté qu'il soutenait "le principe d'une coalition unie en appelant tous les Sud-Africains à rejoindre la marche" du 27 avril.

"Il est important de s'unir en tant que Sud-Africains pour mettre fin à la corruption dans le secteur public", a-t-il ajouté.

Le président Jacob Zuma, empêtré dans plusieurs scandales de corruption, fait face à la grogne croissante de la population.

Fin mars, il a procédé à un remaniement ministériel controversé qui a notamment conduit au limogeage du respecté ministre des Finances Pravin Gordhan par Malusi Gigaba, un de ses proches.

Plusieurs manifestations rassemblant des dizaines de milliers de personnes ont depuis secoué les principales villes sud-africaines pour réclamer la démission de M. Zuma.

Une motion de défiance visant le chef de l'Etat, à l'initiative de l'opposition, doit être discutée à une date encore inconnue devant le Parlement.

Fort d'une large majorité de députés (249 sur 400), Jacob Zuma dont le mandat expire en 2019, devrait y survivre politiquement. 

AFP

Ses derniers articles: Kenya: 5 millions d'électeurs supplémentaires pour le scrutin d'août  Explosion d'un engin piégé au Kenya: 8 morts  Le corps démembré d'un Français retrouvé au Maroc 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: enquête rouverte pour un crime de l'apartheid

Afrique du Sud: enquête rouverte pour un crime de l'apartheid

AFP

Tchad: Déby menace de retirer ses troupes des opérations en Afrique

Tchad: Déby menace de retirer ses troupes des opérations en Afrique

AFP

Afrique du Sud: la justice rouvre un dossier sombre de l'apartheid

Afrique du Sud: la justice rouvre un dossier sombre de l'apartheid

président

AFP

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

AFP

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

Zuma

AFP

Afrique du Sud: la justice autorise un vote de défiance

Afrique du Sud: la justice autorise un vote de défiance

AFP

Afrique du Sud: le président Zuma garde la confiance de son parti

Afrique du Sud: le président Zuma garde la confiance de son parti

AFP

Afrique du Sud: bataille juridique autour de l'avenir du président Zuma

Afrique du Sud: bataille juridique autour de l'avenir du président Zuma