mis à jour le

Niger: 7 millions d'euros payés par an

L'Etat nigérien verse chaque année plus de 4,789 milliards de FCFA (environ 7,3 millions d'euros) à quelque 3.000 enseignants dont les autorités ne retrouvent pas la trace, a révélé samedi le ministre nigérien de l'Education. 

"Par an, du fait des enseignants qu'on n'arrive pas à retrouver sur les listes, l'Etat perd 4.789.200.000 FCFA", a affirmé le ministre nigérien de l'Education, Daouda Mamadou Marthé devant les députés. 

Ces enseignants sont composés de "contractuels" qui "n'existent pas du tout sur les listes officielles d'émargement", a expliqué le ministre. Il exposait aux parlementaires les résultats d'une enquête menée en 2016 par la Haute autorité de lutte contre la corruption et infractions assimilées (Halcia-organe gouvernemental).

L'enquête a été menée "école par école" par des gendarmes et des civils, selon la Halcia.

Les agents "contractuels" représentent environ "80%" du corps des enseignants du pays. Faute de budgets conséquents pour recruter des enseignants titulaires, les autorités font appel depuis une dizaine d'années à des "contractuels", souvent sans aucune formation, pour dispenser des cours dans le primaire, le secondaire et dans les écoles professionnelles.

A titre de rémunération, un "contractuel" reçoit "un pécule mensuel de 75.000 à 100.000 FCFA" (114 à 152 euros), d'après la Halcia.

AFP

Ses derniers articles: Les Nigérians élisent leur prochain président  Les Nigérians élisent leur président après un report surprise  Bruit et ferveur pour la fin de la campagne présidentielle au Sénégal 

enseignants

AFP

Tunisie: manifestation de parents d'élèves contre une grève des enseignants

Tunisie: manifestation de parents d'élèves contre une grève des enseignants

AFP

Tunisie: après le boycott des examens, les enseignants du secondaire dans la rue

Tunisie: après le boycott des examens, les enseignants du secondaire dans la rue

AFP

Burkina: des enseignants et des écoles dans le viseur jihadiste

Burkina: des enseignants et des écoles dans le viseur jihadiste