mis à jour le

Égypte: Sissi défend sa stratégie contre les jihadistes dans le Sinaï

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a défendu, dans des déclarations diffusées mardi, la stratégie de son gouvernement dans la lutte contre les jihadistes au Sinaï, où des dizaines de familles chrétiennes ont été chassées par des attaques visant leur communauté.

Le groupe jihadiste État islamique (EI), dont une branche locale sévit dans le nord de la péninsule du Sinaï, avait publié la semaine dernière une vidéo dans laquelle il promettait de prendre pour cible les Coptes, la communauté chrétienne en Egypte.

Depuis vendredi, des dizaines de familles chrétiennes ont fui le nord du Sinaï, après une série d'attaques présumées jihadistes qui ont coûté la vie à sept Coptes depuis la fin janvier dans la ville d'Al-Arich.

Ces attaques visent "à déstabiliser le tissu (social)(...), donner l'impression à l'un de ses composants qu'il n'est pas protégé comme il se doit", a affirmé le président Sissi lors de déclarations retransmises par la télévision publique mardi soir.

Ces attaques ont été menées "pour que l'on commence à se diviser", pour "qu'on accuse l'État de ne pas les aider", a-t-il ajouté, en référence aux chrétiens sans les citer directement.

M. Sissi s'est encore défendu d'abandonner les Coptes, assurant que les forces de l'armée et de la police étaient "mobilisées" contre les jihadistes.

Il a souligné "le coût énorme pris en charge par l'État" dans la lutte contre les jihadistes mais aussi "les martyrs" de la police et de l'armée tombés au combat dans le nord du Sinaï.

"On m'a proposé un plan pour évacuer toute la ville d'Al-Arich, vider toute la région" pour faciliter les opérations militaires, a poursuivi le président. "On a dit non, on laisse les gens y vivre", a-t-il poursuivi.

"On agit comme le chirurgien qui veut enlever le danger sans nuire au reste du corps", a-t-il dit.

Depuis que l'armée a destitué en 2013 le président islamiste Mohamed Morsi, le Sinaï est le théâtre d'attentats jihadistes quasi-quotidien visant la police et l'armée.

Les Coptes, qui constituent 10% des 92 millions d'Égyptiens, avaient déjà par le passé été ciblés dans le Sinaï, région où les attaques jihadistes ont cependant augmenté depuis la diffusion de la vidéo de l'EI.

En décembre, l'EI avait revendiqué un attentat suicide contre une église copte orthodoxe du Caire qui avait fait 29 morts.

AFP

Ses derniers articles: En Afrique du Sud, une mine riche en terres rares se rêve en recours au conflit Pékin-Washington  Côte d'Ivoire: une "île flottante" sur des bouteilles plastiques récupérées  Afrique du Sud: Buthelezi abandonne le leadership du parti zoulou après 44 ans 

jihadistes

AFP

Nigeria: des dizaines de morts dans des combats entre armée et jihadistes d'ISWAP

Nigeria: des dizaines de morts dans des combats entre armée et jihadistes d'ISWAP

AFP

Nigeria: des dizaines de morts dans des combats entre armée et jihadistes d'ISWAP

Nigeria: des dizaines de morts dans des combats entre armée et jihadistes d'ISWAP

AFP

Attaques jihadistes au Mozambique: un évêque critique le pouvoir

Attaques jihadistes au Mozambique: un évêque critique le pouvoir

Sinaï

AFP

Egypte: onze "terroristes" tués au Sinaï

Egypte: onze "terroristes" tués au Sinaï

AFP

Egypte: 14 jihadistes présumés tués au Sinaï au lendemain d'un attentat

Egypte: 14 jihadistes présumés tués au Sinaï au lendemain d'un attentat

AFP

Egypte: au moins 4 membres des forces de sécurité tués dans une attaque au Sinaï

Egypte: au moins 4 membres des forces de sécurité tués dans une attaque au Sinaï

Sissi

AFP

Egypte: des juges inquiets de la mainmise renforcée de Sissi sur la justice

Egypte: des juges inquiets de la mainmise renforcée de Sissi sur la justice

AFP

La collision meurtrière entre des voitures au Caire est un acte "terroriste", selon Sissi

La collision meurtrière entre des voitures au Caire est un acte "terroriste", selon Sissi

AFP

Le numéro deux du pouvoir militaire soudanais rencontre Sissi au Caire

Le numéro deux du pouvoir militaire soudanais rencontre Sissi au Caire