mis à jour le

Libye: Sarraj sollicite l'expertise de l'Otan en matière de défense

Le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye, Fayez al-Sarraj, a demandé officiellement à l'Otan son "expertise" en matière de défense et de sécurité, a annoncé jeudi le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg.

"La nuit dernière, j'ai reçu la demande officielle du Premier ministre Fayez al-Sarraj requérant les conseils et l'expertise de l'Otan en matière de construction des institutions de défense et de sécurité", a déclaré M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

La requête est désormais à l'étude. Le Conseil de l'Atlantique Nord, principal organe de décision politique de l'Alliance, représentant les 28 pays membres, en débattra "dès que possible", a précisé le chef de l'Otan.

Le chef du GNA a saisi la perche tendue par Jens Stoltenberg lors de sa visite au siège bruxellois de l'Otan le 1er février.

"Si cela nous est demandé, nous pourrions soutenir les efforts de l'Union européenne pour renforcer la Garde côtière et la Marine libyennes", avait alors déclaré M. Stoltenberg au côté de M. al-Sarraj.

Il avait invoqué la "priorité stratégique" pour l'Otan de "chasser de Méditerranée la contrebande et l'activité terroriste".

"L'Otan se tient prête à assister la Libye dans la construction d'institutions de sécurité et de défense efficaces", avait aussi dit Jens Stoltenberg, réitérant une offre exprimée au sommet de l'Otan de Varsovie en juillet 2016.

Depuis fin 2016, l'Otan apporte déjà un soutien, en termes de logistique et de partage de renseignements, à l'opération navale "Sophia", lancée en 2015 par l'UE au large de la Libye pour lutter contre le trafic de migrants.

Cette opération se heurte à l'impossibilité, à ce stade, d'intervenir dans les eaux territoriales libyennes, ce qui limite son efficacité pour intercepter les passeurs, alors que l'UE cherche à réduire les arrivées de migrants sur les côtes italiennes.

Dans le cadre de Sophia, l'UE a lancé en octobre 2016 un cycle de formations à destination des gardes-côtes libyens pour permettre les interceptions avant que les embarcations de migrants ne franchissent la limite des eaux internationales.

Insécurité record, économie en lambeaux et rivalités politiques: la Libye reste engluée dans une interminable crise de transition six ans après le début de la révolte ayant mis fin à la dictature de Mouammar Kadhafi.

De fait, le GNA dirigé par Fayez al-Sarraj ne contrôle pas l'ensemble du territoire et fait face surtout à l'hostilité de l'autorité rivale installée dans l'est du pays, où une grande partie de la région est contrôlée par les forces du maréchal controversé Khalifa Haftar.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire: saisie record de trois tonnes d'écailles de pangolin  RDC: un mort et des blessés lors d'une évasion de la prison de Bukavu  Burkina: mandat d’arrêt international contre François Compaoré dans l'affaire Zongo 

défense

AFP

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

AFP

Procès Obiang: la défense dénonce une "gesticulation médiatique"

Procès Obiang: la défense dénonce une "gesticulation médiatique"

AFP

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement