mis à jour le

Chantage présumé au roi du Maroc: des enregistrements-clé validés

La justice française a jugé recevables des enregistrements-clé contestés dans l'affaire des deux journalistes français poursuivis pour chantage à l'égard du roi du Maroc, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Catherine Graciet, 42 ans, et Eric Laurent, 69 ans, ont été inculpés pour chantage et extorsion de fonds. Ils sont soupçonnés d'avoir voulu extorquer trois millions d'euros au roi du Maroc en 2015, en échange de l'abandon d'un livre censé contenir des révélations gênantes pour Rabat.

Les deux journalistes avaient été interpellés le 27 août 2015, en possession de 80.000 euros en liquide, au sortir d'une réunion avec un émissaire du Maroc, enregistrée à leur insu par leur interlocuteur. Eric Laurent avait déjà été enregistré lors de deux rencontres précédentes avec cet émissaire, l'avocat Hicham Naciri. 

Dans son arrêt, la cour d'appel de Reims (est) reconnait "qu'il n'était pas de la responsabilité des enquêteurs de dissuader les plaignants de recourir à des enregistrements dont la légalité était justifiée par l'état de nécessité", se sont félicités dans un communiqué Eric Eric Dupont-Moretti et Ralph Boussier, avocats du Royaume du Maroc.

Les avocats des deux journalistes, qui reconnaissent un accord financier mais réfutent tout chantage, demandaient l'annulation des enregistrements des deuxième et troisième rencontres, au motif qu'ils sont "illégaux" car réalisés par l'émissaire marocain alors même qu'une enquête était déjà ouverte.

L'arrêt de la cour d'appel va à l'encontre d'une décision de la Cour de cassation les mettant en cause le 20 septembre.

"Des positions judiciaires aussi contraires sur ces enregistrements sauvages démontrent en tout état de cause leur absolue fragilité", a réagi par communiqué Eric Moutet, l'avocat de Catherine Graciet.

Me Moutet a annoncé son intention de saisir à nouveau la Cour de cassation "contre ce nouvel avatar judiciaire" pour ne pas laisser passer "un tel bricolage dans la procédure pénale".

AFP

Ses derniers articles: La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc  Le Niger et les pays sahéliens ébranlés par l'attaque jihadiste d'Inates  Libye: après plus de 3 mois de suspension, le trafic aérien reprend 

chantage

AFP

Le ministre sud-africain de l'Intérieur victime d'un chantage

Le ministre sud-africain de l'Intérieur victime d'un chantage

AFP

L'affaire du chantage au roi du Maroc de retour devant la Cour de cassation

L'affaire du chantage au roi du Maroc de retour devant la Cour de cassation

AFP

Chantage au roi du Maroc: la Cour de cassation met l'enquête

Chantage au roi du Maroc: la Cour de cassation met l'enquête

roi

AFP

"Comme un roi dans son royaume": enquête sur le pasteur nigérian qui a "adopté" 4.000 enfants réfugiés de Boko Haram

"Comme un roi dans son royaume": enquête sur le pasteur nigérian qui a "adopté" 4.000 enfants réfugiés de Boko Haram

AFP

Le roi du Maroc gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal

Le roi du Maroc gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal

AFP

Maroc: vingt ans de règne vus par deux conseillers du roi Mohammed VI

Maroc: vingt ans de règne vus par deux conseillers du roi Mohammed VI