mis à jour le

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

Le gouvernement libyen d'union (GNA) a dénoncé dimanche dans un communiqué l'annonce cette semaine à Tripoli de la formation d'une coalition de groupes armés baptisée "Garde nationale", y voyant une tentative de créer "un organe de sécurité parallèle".

Jeudi, des groupes armés venus essentiellement de la ville de Misrata (ouest) ont annoncé la création d'une "Garde nationale libyenne" qui aurait pour mission selon eux, de combattre le groupe Etat islamique, de sécuriser les institutions de l'Etat, les missions diplomatiques, et les ressortissants étrangers.

Ces groupes n'avaient pas précisé si cette "Garde nationale" appuyait ou pas le GNA, seul exécutif reconnu et soutenu par l'ONU et les pays occidentaux. 

Mais selon des sources locales, plusieurs des milices qui la composent seraient loyales à Khalifa Ghweil, un ancien dirigeant qui avait autoproclamé en 2014 à Tripoli un "gouvernement de salut national" et n'avait ensuite pas voulu reconnaître le GNA quand ce dernier s'était installé dans la capitale en 2016.

Les États-Unis avaient exprimé vendredi leur "inquiétude" après l'entrée de ces groupes à Tripoli, y voyant un "risque de déstabiliser davantage la sécurité déjà fragile" dans la capitale, selon un communiqué du département d'Etat.

"Nous soulignons que ce groupe et ceux qui l'appuient sont considérés comme hors-la-loi et n'ont aucun statut. Et ils vont être traités de la sorte par les organes sécuritaires et judiciaires", a prévenu le GNA dans son communiqué. 

Le gouvernement voit dans l'annonce de la nouvelle coalition une "tentative de former un corps parallèle à la garde présidentielle".

Il y voit aussi une tentative "de faire entrer la capitale dans un conflit armé sanguinaire".

Si elle est confirmée, la formation d'une telle coalition de groupes armés hostiles au GNA pourrait affaiblir encore plus cet exécutif qui n'arrive toujours pas à asseoir son autorité dans l'ensemble du pays ni même dans la capitale. Il fait face notamment à l'hostilité d'une autorité rivale basée dans l'est du pays et qui refuse de le reconnaître.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye et en particulier la capitale Tripoli sont sous la coupe de dizaines de milices dont les allégeances et les zones de contrôle sont mouvantes. 

AFP

Ses derniers articles: L'aide médicale afflue en Somalie, la diaspora donne son sang  Madagascar: l'épidémie de peste continue de se propager  Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises 

armée

AFP

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

AFP

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

AFP

Mozambique: l'opposition armée annonce deux mois de trêve

Mozambique: l'opposition armée annonce deux mois de trêve

formation

AFP

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

AFP

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

AFP

Maroc: nouvelles négociations pour la formation du gouvernement

Maroc: nouvelles négociations pour la formation du gouvernement

gouvernement

AFP

Kenya: l'opposition manifeste, malgré l'interdiction du gouvernement

Kenya: l'opposition manifeste, malgré l'interdiction du gouvernement

AFP

Togo: l'opposition maintient sa marche, malgré l'interdiction du gouvernement

Togo: l'opposition maintient sa marche, malgré l'interdiction du gouvernement

AFP

Togo: l'opposition annonce une marche, le gouvernement l'interdit

Togo: l'opposition annonce une marche, le gouvernement l'interdit