mis à jour le

Un rayon de serviettes hygiéniques dans un magasin en Zambie. DAWOOD SALIM / AFP
Un rayon de serviettes hygiéniques dans un magasin en Zambie. DAWOOD SALIM / AFP

Les Zambiennes ont adopté leur jour de congé pour règles douloureuses

La Zambie fête le premier anniversaire de sa «Fête des mères», jour de congé mensuel pour les femmes qui souffrent de règles douloureuses.

Quand on regardera l'évolution du droit des femmes dans les livres d'histoire dans quelques décennies, on y verra peut-être que la Zambie a joué un rôle majeur en adoptant de manière précoce une loi très progressiste: accorder aux femmes un jour de congé supplémentaire par mois quand leurs règles deviennent trop douloureuses. Le gouvernement zambien a nommé cette mesure: «La fête des mères», qui fêtait sa première bougie à la fin du mois de janvier 2017. 

«C'est un effort déployé par le pays pour rendre son marché du travail plus attractif pour les femmes», note le site d'information Quartz

La loi inclut également douze semaines de congés maternité pour les employées qui ont au moins deux ans d'ancienneté dans leur entreprise. Pour prendre leur congé pour règles douloureuses, les femmes n'ont pas de justificatif médical à produire. Ce jour de congé supplémentaire n'est, de plus, n'est pas déduit des autres périodes de congés dans l'année.

Une loi qui fait débat

Les députés zambiens ont adopté en 2015 cette loi, unique sur le continent, à la suite d'un lobbying intense d'ONG et parce que le gouvernement était favorable à une telle idée, selon Le Huffington Post.  Pendant cette période, «certaines femmes ont des pertes de sang importantes, d'intenses douleurs, d'autres vomissent (...) cela a des conséquences sur leur travail», a expliqué Madube Siyauya, du Conseil de coordination des ONG, qui a milité pour l'adoption du texte.

Le texte fait toujours débat dans le pays. De très nombreuses femmes y trouvent leur avantage. 

«Cela m'aide à gérer de manière psychologique et je pense que c'est quelque chose de très important. C'est pourquoi j'ai toujours soutenu cette loi», a par exemple déclaré Shupe Luchembe, une mère de famille de 36 ans, à l'AFP

Mais certains y voient un obstacle à la productivité.

«Imaginez une entreprise où six ou sept employées vont prendre leur "Fête des mères" le même jour. Quelle influence sera aura-t-il sur la productivité?», s'est interrogé le président de la Fédération zambienne des patrons.  

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Afrique est de plus en plus friande d'alcool fort  Il est de plus en plus facile de voyager sans visa en Afrique  Au Kenya, des élèves bloquent les rues avec leurs bureaux et leurs chaises 

droits des femmes

Droits des femmes

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

Droits des femmes

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

Droits des femmes

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser