mis à jour le

Nigeria: inquiétante recrudescence des attaques de Boko Haram

Les combattants islamistes de Boko Haram ont multiplié embuscades et attentats ces dernières semaines dans le nord-est du Nigeria, défiant à nouveau le pouvoir d'Abuja, qui s'obstine à répéter que l'insurrection est à bout de souffle.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a affirmé dès la fin 2015 que les islamistes étaient "techniquement vaincus". Douze mois plus tard, il annonçait triomphalement que l'armée les avait chassés de leur dernière enclave, dans la forêt de Sambisa.

Mais les attaques répétées menées tout au long du mois de janvier au Nigeria - tout comme au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins - viennent cruellement contredire le récit officiel.

Dernier incident en date: une embuscade tendue mardi par des hommes armés à des véhicules de police sur l'axe principal entre la grande ville de Maiduguri, berceau du groupe jihadiste Boko Haram dans l'Etat du Borno, et la ville de Damboa, a fait un mort.

Samedi, une vingtaine de personnes avaient été tuées dans l'attaque d'un convoi de camions sous escorte militaire sur la même route, pourtant censée être sécurisée, depuis sa réouverture en 2016.

Les insurgés, qui visent régulièrement les marchés, les mosquées ou les gares routières pour faire un maximum de victimes civiles, n'ont pas hésité non plus à attaquer récemment des bases ou des convois militaires.

Le gouvernement nigérian assure que ces attaques sont l'oeuvre d'un groupe affaibli qui tente de survivre, poussé dans ses derniers retranchements.

Boko Haram n'a certes plus grand-chose à voir avec le mouvement qui s'emparait de territoires entiers dans le nord du pays à l'apogée de sa puissance en 2014, terrassant l'armée dont il récupérait les équipements militaires sur son passage. Il avait alors proclamé la création d'un califat islamique à Gwoza, près de la frontière camerounaise.

Toutefois, il semble de plus en plus évident que les rebelles, lorsqu'ils perdent du terrain, se dispersent autour des rives reculées du lac Tchad, attendant peut-être le moment propice pour se regrouper à nouveau.

C'est ce qui s'est déjà passé en 2013 quand l'état d'urgence a été décrété dans trois états du nord-est, dont le Borno, et que Boko Haram, pourchassé, a quitté les villes pour se répandre dans la brousse.

- Capacité d'adaptation -

Pour les spécialistes de ce conflit, il ne faut pas sous-estimer la capacité du groupe à s'adapter, et à revenir aux stratégies de harcèlement et de guérilla en fonction des circonstances.

A Rann, où une frappe aérienne accidentelle de l'armée nigériane aurait tué jusqu'à 236 civils mi-janvier, un milicien engagé aux côtés de l'armée a fait état de mouvements récents de rebelles dans la région. 

"L'un de ceux qui a été arrêté a avoué qu'environ 6.000 combattants s'étaient installés dans des villages de la zone", a-t-il affirmé à l'AFP après une attaque de Boko Haram sur la même ville, le lendemain du bombardement. 

A Biu, proche du lieu de l'embuscade tendue mardi, un autre milicien, a lui assuré que les "Boko Haram sont toujours là, bien qu'ils aient été très affaiblis." 

Des témoignages qui semblent conforter les déclarations du chef du groupe islamiste, Abubakar Shekau, qui proclamait dans un message vidéo diffusé en décembre: "Nous sommes en sécurité, nous n'avons été chassés de nulle part".

Selon l'expert en sécurité, Ryan Cummings, la vague d'attaques de janvier "discrédite à tout le moins les affirmations selon lesquelles Boko Haram serait une force du passé et donc vaincue". "Encore une fois le gouvernement confond à tort la reconquête territoriale avec la défaite de Boko Haram, ce qui est faux", affirme-t-il à l'AFP. 

"Il est évident que la secte possède toujours la capacité opérationnelle de mener des incursions armées contre un large éventail de cibles et semble employer la violence de manière plus stratégique". 

Le recours de Boko Haram à des kamikazes dans des attaques contre les civils pourraient être une stratégie pour forcer l'armée à retirer du front des soldats engagés dans les opérations de contre-insurrection, suggère-t-il. 

L'éditeur du blog Beegeagle, spécialisé sur la défense et la sécurité en Afrique subsaharienne, admet que l'aptitude du groupe jihadiste à lancer des attaques de grande envergure est nettement amoindrie.

Mais si les combattants sont "en déroute", ils restent néanmoins une menace, notamment pour les convois militaires, civils et d'aide humanitaire, explique-t-il à l'AFP sous couvert d'anonymat. 

"Il serait prématuré pour quiconque de proclamer leur défaite à ce stade".

AFP

Ses derniers articles: Algérie: appel  Le Mozambique avait commandé le nitrate d'ammonium mais n'est pas responsable de l'explosion de Beyrouth  Tunisie: des ONG soutiennent un journaliste algérien condamné 

attaques

AFP

Le Mozambique attribue les attaques dans le nord

Le Mozambique attribue les attaques dans le nord

AFP

RDC: 25 personnes tuées dans deux attaques dans des provinces instables de l'Est

RDC: 25 personnes tuées dans deux attaques dans des provinces instables de l'Est

AFP

Burkina: nouvelles violences anti-Peul dans le sillage des attaques jihadistes

Burkina: nouvelles violences anti-Peul dans le sillage des attaques jihadistes

haram

AFP

Tchad : au moins dix civils tués dans une attaque de Boko Haram

Tchad : au moins dix civils tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Niger: Boko Haram

Niger: Boko Haram

AFP

Tchad: 58 prisonniers de l'opération contre Boko Haram vont être jugés

Tchad: 58 prisonniers de l'opération contre Boko Haram vont être jugés

recrudescence

AFP

Recrudescence des attaques de "bandits" dans le nord-ouest du Nigeria

Recrudescence des attaques de "bandits" dans le nord-ouest du Nigeria

AFP

Mali: la recrudescence de la violence en partie liée

Mali: la recrudescence de la violence en partie liée

Autre Presse

Le ministre malien de la Justice va rencontrer les chefs de juridictions de Bamako et Kati face

Le ministre malien de la Justice va rencontrer les chefs de juridictions de Bamako et Kati face