mis à jour le

Des liasses de Dalasi, la monnaie nationale gambienne, le 23 janvier 2017. CARL DE SOUZA / AFP
Des liasses de Dalasi, la monnaie nationale gambienne, le 23 janvier 2017. CARL DE SOUZA / AFP

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

Battu lors de l'élection présidentielle, le dictateur gambien a accepté de quitter le pouvoir.

Il aura fallu plusieurs semaines de négociations, entre pressions et promesses, pour convaincre Yahya Jammeh de quitter le pouvoir en Gambie après 22 ans de règne. Battu par son rival Adama Barrow lors de l'élection présidentielle du 1er décembre 2016, le président gambien avait d'abord accepté sa défaite avant de changer d'avis dans un volte-face dont il a le secret et fait craindre une guerre civile à ce petit Etat d'Afrique de l'Ouest. 

À lire aussi sur Slate.fr: Comme en Gambie, les dictateurs fous sont souvent trahis par leur armée

Mais des négociations menées par plusieurs dirigeants africains de la région avec le soutien des instances de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeo) ont finalement convaincu Yahya Jammeh de ne pas s'accrocher au pouvoir, alors que l'investiture d'Adama Barrow a eu lieu à Dakar le 19 janvier sous l'oeil vigilant du Sénégal. Car c'est le grand voisin, dont le territoire enclave complètement la Gambie, qui a finalement contraint Jammeh à renoncer. 

Comme nous le racontions sur Slate.fr, les troupes sénégalaises ont en effet mis l'autocrate au pied du mur en se massant le long de ses frontières à partir du 19 janvier. Sachant le rapport de force trop inégal, les troupes gambiennes n'étaient pas prêtes à se battre pour un chef d'Etat qu'elles ne portaient pas dans leur coeur. 

«La Gambie est en détresse financière»

Mais dans son départ, Yahya Jammeh n'a pas oublié de jouer un dernier mauvais tour, après des années de répression politique, à son pays. Comme le rapporte le média britannique The Guardian, «Jammeh a volé des millions de dollars dans les dernières semaines de son règne, en pillant les coffres de l'Etat et en expédiant des véhicules de luxe hors du pays par avion-cargo», selon les confidences de Mai Ahmad Fatty, le conseiller spécial du nouveau président Adama Barrow. 

La somme dérobée par Jammeh et sa famille est estimée à 11,4 millions de dollars. «La Gambie est en détresse financière. Les coffres sont virtuellement vides. C'est un constat. Ces informations ont été confirmées par des employés du ministère des Finances et de la Banque centrale de Gambie», ajoute Mai Ahmad Fatty. 

L'avion-cargo avec à son bord des biens de luxe a décollé quelques heures avant l'abdiction de Jammeh. L'ex-dictateur s'est pour le moment réfugié en Guinée-équatoriale, un Etat autoritaire dirigé d'une main de fer par la famille Obiang. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

dictature

Politique

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

Politique

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

AFP

Tunisie: reprise des auditions des victimes de la dictature

Tunisie: reprise des auditions des victimes de la dictature

Yahya Jammeh

Home sweet home

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

«Authenticité»

L'anglais ne sera plus la langue officielle des Gambiens

L'anglais ne sera plus la langue officielle des Gambiens