mis à jour le

Un manifestant face aux forces de sécurité au Caire le 21 novembre 2011. Reuters/Amr Dalsh
Un manifestant face aux forces de sécurité au Caire le 21 novembre 2011. Reuters/Amr Dalsh

Les Egyptiens ne veulent pas subir le sort des Algériens

Une partie de l'Egypte refuse de troquer sa révolution contre un régime contrôlé par les généraux.

«On ne fera pas les mêmes erreurs que vous» a dit au chroniqueur un écrivain égyptien il y a quelques mois. Cela se confirme: les Egyptiens restent vigilants et savent décoder l’arnaque. Et contrairement à ce que l’on croit et répète, l’expérience algérienne, ratée, est dans les esprits de nos voisins en Tunisie et en Egypte.

Ils savent que chasser Chadli (en janvier 1992) et obtenir un parti majoritaire à la place d’un parti unique n’est pas la démocratie. Le Pouvoir ruse à chaque fois et aujourd’hui encore en Egypte. Là, l’armée veut faire en remake ce qui s’est fait chez nous: déplacer le centre de la décision vers l’occulte, s’autonomiser par rapport au droit de regard et de surveillance du peuple et offrir à la populace un Etat fantoche avec un Président faible, des ministres sans puissance et un parlement sans poids.

La ruse du politique face aux aspirations révolutionnaires

Pour comprendre ce qui s’est passé chez nous en 1988 et qui permet à certains oiseaux de répéter que «l’Algérie a déjà payé» (oui mais jamais livré), il faut inverser: en 1988 les Egyptiens chassent Moubarak, leur FLN devient parti favori (synonyme poli de parti unique) et ils ont droit à une fausse opposition surveillée et des islamistes en bocal pour faire peur. Les islamistes sont poussés à la révolte et se révoltent, on revient au «tout sécuritaire» et on reprend le pouvoir sous l’impérative de la stabilité et de la lutte anti-terroriste. Le maréchal Tantaoui devient le vrai maître du pays, Amr Moussa devient un Président coopté pour accueillir les étrangers et la police politique change de sigle mais pas de mission. A la fin? Rien n’a changé sauf la couleur de la veste. Dix ans après, les Egyptiens se retrouvent avec 256 petits Moubarak et leurs fils, plusieurs polices politiques, une place Tahrir devenue lots de terrains ou assiette pour la plus grande mosquée d’Afrique.

Que l'armée obéisse au peuple, et pas l'inverse

Les Egyptiens veulent donc que cela ne leur arrive pas. Ils veulent l’autorité du peuple sur l’arme et pas l’inverse. Ils veulent que ceux qui ont tué durant leur révolution soient retrouvés et jugés. Ils ne veulent pas que les victimes finissent comme les victimes d’octobre 1988, «accident de travail» selon la nomenclature de remboursement et des indemnisations décidées sous Chadli.

Chez nous, en Algérie, personne n’a été jugé pour les tirs à balles réelle du 5 octobre. Personne n’a payé pour les centaines de morts et les milliers de torturés. Les Egyptiens veulent que le budget de leur armée ne soit pas un secret entres intimes et veulent que la démocratie demandée par les 850 morts soit livrée immédiatement et pas comme chez nous, livrée après la mort. Les Egyptiens ne veulent pas que cela leur arrive et c’est le plus dure: démocratiser l’armée dans les pays arabes, lui signifier qu’elle n’est pas au-dessus du peuple, que c’est le peuple qui la paye et qu’elle est là pour obéir et pas pour donner des ordres.

Kamel Daoud

A lire aussi

Octobre 1988: retour sur un «Printemps algérien»

L'armée a t-elle trahi la révolution?

Les gaz lacrymo sont lancés, rien ne va plus!


Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Frères musulmans

Cinéma

Les juifs égyptiens, héros d’une série télévisée du Ramadan

Les juifs égyptiens, héros d’une série télévisée du Ramadan

Sissimania

Pourquoi les intellos égyptiens sont fans de Sissi

Pourquoi les intellos égyptiens sont fans de Sissi

Egypte

Ne cherchez aucun enjeu dans la présidentielle égyptienne

Ne cherchez aucun enjeu dans la présidentielle égyptienne

Hosni Moubarak

main basse

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Révélations

Les petites confidences de Moubarak

Les petites confidences de Moubarak

Egypte

Hosni Moubarak est sorti de prison

Hosni Moubarak est sorti de prison