SlateAfrique

mis à jour le

Comment le rhinocéros d'Afrique du Sud atterrit en Chine

Le braconnage de rhinocéros est un véritable fléau en Afrique du Sud. L'animal est chassé pour sa corne qui s'arrache à prix d'or en Asie, et notamment en Chine, où elle est réputée pour avoir des vertus exceptionnelles. Pour lutter efficacement contre ce commerce qui menace la survie de l’espèce, les autorités sud-africaines ont décidé d’envoyer en Chine une équipe d’experts chargée d’enquêter sur une affaire de trafic de rhinocéros, révèle l’agence de presse chinoise Xinhua.

En effet, le 15 novembre, la douane de Hong Kong a intercepté de justesse une cargaison qui comportait 33 cornes de rhinocéros, 758 baguettes chinoises en ivoire et 127 bracelets façonnés dans la même matière. RFI rapporte que la valeur de la saisie est estimée à 1,6 milliard de dollars.

La South African Department of Environmental Affairs, le ministère de l'Environnement sud-africain, a félicité les autorités chinoises et a donc decidé d’envoyer une équipe pour prélever des échantillons d’ADN sur les cornes de rhinocéros saisies.

«Les officiels du département ont déjà signalé à leurs homologues en Chine, qu’ils coopèreraient avec eux sur la saisie.»

Porte-parole du ministère de l'Environnement sud-africain, Albi Modise a tenu a salué le succès de la coopération sino-sud-africaine:

«La dernière saisie est un exemple de la coopération grandissante entre la République populaire de Chine et l’Afrique du Sud.»

Mais le combat est loin d’être fini. Depuis janvier 2011, 366 rhinocéros ont été victimes du braconnage en Afrique du Sud. Cent-quatre-vingt-dix-neuf personnes soupçonnées de braconnage ont été arrêtées. Albi Modise condamne fermement ces pratiques illégales et assure que plusieurs interventions ont été mises en place par le gouvernement pour lutter contre ce sérieux problème.

Les prélèvements d’échantillons d’ADN vont faciliter l’enquête des Sud-Africains. En Afrique du Sud, des responsables du ministère avaient déjà prélevés de l’ADN sur les rhinocéros sud-africains. Ces nouveaux prélèvements effectués sur les cornes de rhinocéros à Hong Kong permettront de déterminer les liens possibles avec ces rhinocéros.

A Hong Kong, toute personne suspectée d’importer un chargement illégal est passible de sept ans de prison et d’une amende de 2.000.000 dollars hongkongais, soit 190.000 euros. Toute personne suspectée d’importer des espèces en voie d’extinction dans un but commercial encours une peine de deux ans de prison et une amende de 5.000.000 dollars hongkongais, soit 476.000 euros.

Lu sur Xinhua, RFI

A lire aussi

La corne de rhinocéros plus chère que l’or

L'adieu du rhinocéros noir d'Afrique de l'ouest

RDC - SOS bébés gorilles