mis à jour le

Une manifestation contre l'excision au Kenya en 2008. MARCO LONGARI / AFP
Une manifestation contre l'excision au Kenya en 2008. MARCO LONGARI / AFP

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

Des jeunes filles évitent de rentrer dans leur famille pour la période des fêtes, de peur d'être victimes de mutilations génitales.

Dans certaines régions du Kenya, la tradition de l'excision des jeunes filles est ancrée depuis des décennies. C'est par exemple le cas au sein du peuple masaï où les adolescentes sont souvent excisées avant leur mariage. Selon les données de l'Unicef, 49% des femmes kényanes âgés de 45 à 49 ans ont subi une mutilation de leur appareil génital au cours de leur vie. Si cette proportion chute à 15% ches les filles âgées de 15 à 19 ans, cette pratique barbare est toujours solidement implantée parmi certaines ethnies qui composent la population du pays. 

Le site d'information Les Observateurs rapporte ainsi que dans le Pokot, un comté situé à l'extrême ouest du Kenya, 85% des femmes sont excisées. Et pour les écolières, la période de Noël est celle de tous les dangers.

«Décembre est la "saison" des mutilations génitales. Ces vacances durent 64 jours de début novembre à fin décembre. Les autres périodes de vacances, en avril et en août, ne durent que deux semaines. Quand les filles rentrent chez elle pendant une période aussi longue, les familles en profitent pour organiser les cérémonies traditionnelles de passage à l’âge adulte, donc excision et mariage», confie une activiste locale anti-excision au site Les Observateurs. 

Impunité

Deux lois votées au Kenya en 2001 puis 2011 ont interdit l'excision et renforcé les peines contre les personnes à l'origine de mutilations génitales. Mais, les autorités sont encore peu enclines à entamer des poursuites judiciaires, comme l'expliquait le journal britannique The Guardian en 2014. Une impunité qui profite aux coupables.

En plus de mutiler des jeunes filles, l’excision, souvent réalisée avec un instrument non stérilisé, augmente les risques de transmission du VIH. Les opérations, souvent faites à l’aide de lames de rasoir, peuvent causer des hémorragies, des infections, voire la mort. Elles entraînent aussi de graves conséquences physiques et psychologiques tout au long de la vie des femmes, comme le rappelle l'Organisation mondiale de la santé

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

droits des femmes

Droits des femmes

Les Zambiennes ont adopté leur jour de congé pour règles douloureuses

Les Zambiennes ont adopté leur jour de congé pour règles douloureuses

Droits des femmes

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

Droits des femmes

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

excision

AFP

Egypte: un médecin renvoyé devant la justice pour une excision mortelle

Egypte: un médecin renvoyé devant la justice pour une excision mortelle

Nabil

Excision au Burkina Faso : Pourquoi cette pratique peine-t-elle

Excision au Burkina Faso : Pourquoi cette pratique peine-t-elle

Nabil

Excision de 28 filles à Nobéré : L'association JEUNEE/BF interpelle les parents sur leurs responsabilités

Excision de 28 filles à Nobéré : L'association JEUNEE/BF interpelle les parents sur leurs responsabilités