SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - La blogueuse nue se retrouve sans soutien

Une semaine après avoir posté une photo nue d'elle même sur son blog, Aliaa Magda Elmahdy, une jeune blogueuse égyptienne âgée de 20 ans, continue de faire parler d'elle. Qualifiée de «courageuse» pour certains, «provocatrice» ou «folle» pour d'autres, son action fait polémique et ne suscite pas le soutien qu'elle aurait espéré. A quelques jours des élections législatives egyptiennes du 28 novembre, certains ont même peur que sa démarche n'ait desservi sa cause, celle de la défense des droits des femmes.

Car il est clair que son initiative ne pouvait que susciter une vague d'indignation dans les milieux islamistes et conservateurs. Mais aujourd'hui, comme l'indique The New York Times, «les libéraux craignent d'en subir le contre-coup dans les urnes» dans les jours à venir. D'après L'Express, même les mouvements de libération du pays ont tenu à marquer leur distance vis à vis de la jeune femme, étudiante en sciences politiques à l'Université américaine du Caire. Le porte parole du mouvement du 6 avril, Tarek al-Kholi, aurait affirmé qu'Aliaa Magda Elmahdy n'entretenait aucun lien avec son groupe avant d'ajouter sur la radio égyptienne Al Arabiya:

«Le mouvement ne dénombre aucun membre qui s'engage de cette façon. Nous encourageons nos membres à être des modèles d'éthique. Comment pourrions-nous accepter un membre qui agit de la sorte?» 

Siyad El-Qamni, un blogueur bien connu qui se revendique libéral, a quant à lui critiqué la démarche d'Aliaa Magda Elmahdy en indiquant qu'il s'agissait d'une «jeune fille pertubée mentalement». La jeune femme lui a répondu sur Twitter en le qualifiant de «lâche» qui avait fait marche arrière sur ses positions libérales après avoir reçu des menaces des islamistes.

Le 17 novembre, un groupe d'étudiants islamistes a demandé que la jeune fille et son ami Karim Amer, un blogueur condamné en 2007 à quatre ans en prison pour avoir «insulté l'islam» sur son blog, soient poursuivis devant le procureur général pour propagation d'immoralité et de débauche en méprisant la religion. Ils ont également demandé qu'Aliaa Magda Elmahdy soit punie selon la loi islamique. Le 18 novembre, Nafisa Abdel Fatah, une avocate indépendante de ce groupe d'étudiants, a déposé une même demande auprès du procureur général en expliquant que la jeune femme et son ami «défiaient la religion et les traditions sociales».

Son blog, intitulé «Le cri d'une rebelle», est vu chaque seconde par des milliers d'internautes (plus de 3 millions de fois en ce jour, lundi 21 novembre), et plus de 3.000 commentaires ont déjà été postés.

Lu sur International Business Times, The New York Times, L'Express

A lire aussi

Egypte - La blogueuse qui fait sa révolution nue

Egypte: bientôt les Frères musulmans au pouvoir

Qui sont les Frères Musulmans?

Où va l'Egypte post-Moubarak? (2/2)

L'armée a-t-elle trahi la révolution?