mis à jour le

Seif al Islam dans un avion à Zintan, sud de la Libye. REUTERS/ Ismail Zetouni
Seif al Islam dans un avion à Zintan, sud de la Libye. REUTERS/ Ismail Zetouni

Seif al Islam, un prisonnier bien encombrant

Le fils du colonel Kadhafi sera jugé en septembre à Tripoli. Aura-t-il le temps de livrer ses secrets?

Mise à jour du 23 août 2012: Le procès de Seif al-Islam, fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi, aura lieu en septembre dans la ville de Zenten où il est détenu depuis son arrestation en novembre dernier, a indiqué le 23 août à l'AFP le porte-parole du Procureur général libyen.

****

La cavale de Seif al Islam n’aura donc pas duré longtemps. En tous les cas moins que celle de Saddam Hussein (neuf mois de fuite avant son arrestation en décembre 2003) et celle d’Oussama Ben Laden (mort en mai 2011, soit près de dix ans après que les Américains eurent décidé d’aller le chercher en Afghanistan). Alors qu’on le croyait réfugié au Tchad ou dans le no man’s land entre la Libye et l’Algérie, il a été arrêté tandis qu’il essayait de fuir vers le Niger. Sa capture est sans conteste une bonne nouvelle pour le nouveau pouvoir libyen qui voit ainsi disparaître la menace d’une déstabilisation menée, tôt ou tard, par l’héritier de Mouammar Kadhafi. Seif arrêté, aucune figure de l’ancien régime ne possède désormais la légitimité nécessaire pour se poser en adversaire d’un gouvernement intérimaire qui, pourtant, n’en finit pas de chercher sa cohésion et de faire taire ses dissensions. A moins que sa sœur Aïcha ne reprenne le flambeau ce qui est tout de même peu probable.

Amputation de son index droit

On relèvera, que cette fois-ci, les soldats libyens qui l’ont arrêté ne se sont pas – pour l’instant - illustrés par des actes barbares comme ce fut le cas lors de la capture – et le lynchage - de Mouammar Kadhafi. Contrairement à son père, l’homme n’a pas été maltraité si ce n’est tout de même l’amputation de son index droit, ce même doigt avec lequel il avait menacé les insurgés libyens d’un «fleuve de sang» lors d’un discours télévisé en février dernier. Une petite vengeance, choquante, mais qui paraît anodine quand elle est comparée au sort de l’ex-Guide (il se dit aujourd’hui qu’il aurait subi les pires sévices, y compris sexuels, avant d’être achevé). Qu’est-ce qu’un index tranché quand on risque d’y laisser sa peau?

Pour autant, cela en dit long sur l’ambiance qui règne en Libye. De l’aveu même des autorités du pays, plusieurs groupes armés sont désormais à la recherche de Seif al Islam pour l’abattre et lui faire subir mille avanies. Un avion le transportant a même essuyé des coups de feu et l’on se demande s’il ne va pas finir par être abattu au cours de ce qui sera présenté comme une bavure. Dès lors, on peut se demander s’il est raisonnable de croire que l’ex-dauphin officieux du régime déchu pourra être jugé en toute sécurité en Libye.

Certes, le Tribunal pénal international (TPI) réclame déjà Seif al Islam mais rien ne dit que le nouveau pouvoir acceptera de le livrer. Un tel acte serait perçu par nombre de Libyens comme une atteinte à la souveraineté de leur pays. De même, cela conforterait de nombreux Arabes, à commencer par les voisins algériens, à penser que la Libye nouvelle n’est rien d’autre qu’un protectorat occidental. A l’inverse, le jugement de Seif al Islam dans son pays risque fort de se conclure par la peine capitale. Pour l’heure, et comme pour nombre de pays arabes, les nouvelles autorités n’ont pas l’air de vouloir abolir la peine de mort (laquelle n’est pas applicable par le TPI). Les risques d’un procès et d’une exécution sommaire à la Saddam Hussein sont donc importants.

La Libye des Kadhafi a-elle financé les campagnes électorales françaises, italiennes et anglaises?

Une autre question se pose aussi. Seif al Islam va-t-il pouvoir divulguer ce que son père n’aura pu dire? Va-t-on savoir si, oui ou non, la Libye des Kadhafi a financé les campagnes électorales de Nicolas Sarkozy, de Tony Blair, de David Cameron ou de Silvio Berlusconi? Connaîtra-t-on le détail des sommes octroyées par Tripoli à nombre de dirigeants africains ? Seif al Islam, qui jusqu’en janvier 2011 était présenté comme l’espoir des réformateurs libyens, racontera-t-il comment sa «fondation» a offert argent et soutiens logistiques à nombre de centres de recherche universitaires en Europe mais aussi aux Etats-Unis? Il ne fait nul doute que l’homme à l’index amputé sait beaucoup de choses.

Aura-t-il l’occasion —et le temps— d’en faire part à ses juges mais aussi aux Libyens? On peut en douter même si les autorités libyennes promettent que tout sera fait pour assurer sa protection. L’idéal, pour connaître la vérité, serait qu’il soit jugé par le TPI et défendu par des avocats occidentaux impartiaux et à l’abri des pressions. Mais ce scénario a peu de chances de se réaliser et on peut penser que les capitales européennes ne vont pas faire preuve de beaucoup d’empressement pour que le procès ait lieu en dehors de la Libye…

Il reste enfin à évoquer un autre aspect de cette arrestation. Dans de nombreux pays arabes et africains, Seif al Islam est désormais un héros. Son sort, celui de son père, alimentent les habituelles diatribes anti-occidentales. Il ne fait nul doute que son procès va être suivi de près. Plutôt que de se souvenir de ses discours menaçant à l’égard de ses compatriotes, plutôt que de s’interroger sur la légitimité de sa fortune – il aurait proposé deux milliards de dollars à ceux qui l’on capturé en échange de sa libération -, il existe un grand risque pour que cet homme entre au panthéon des (faux) héros arabes. Cela en dit long sur la répulsion que continuent encore de provoquer les insurgés libyens, coupables d’avoir été aidés par l’Otan pour faire tomber Kadhafi.

Akram Belkaïd

Article publié le 19 novembre 2011

A lire aussi

Seif al Islam devrait être jugé sur le sol libyen

Docteur Seif and Mister al Islam

Seif al Islam, réformateur contrarié ou despote héritier

Libye: mission accomplie?

Libye année zéro

Libye: la charia pour ressouder les rangs

Les dictateurs finissent mal, mon général

Akram Belkaïd

Akram Belkaïd, journaliste indépendant, travaille avec Le Quotidien d'Oran, Afrique Magazine, Géo et Le Monde Diplomatique. Prépare un ouvrage sur le pétrole de l'Alberta (Carnets Nord). Dernier livre paru, Etre arabe aujourd'hui (Ed Carnets Nord), 2011.

Ses derniers articles: Le pays où le mensonge est la règle  Ces mots qui tuent le français  Le monde arabe à l'heure du Web 

Akram Belkaïd

Tunisie

Rien n'est perdu pour la Tunisie

Rien n'est perdu pour la Tunisie

France-Algérie

Hollande en terrain conquis

Hollande en terrain conquis

Vu d'Oran

Le jour où j'ai été trompé par les informaticiens

Le jour où j'ai été trompé par les informaticiens

CNT

Catherine Samba-Panza

Elle n'est pas le messie

Elle n'est pas le messie

Centrafrique

Ce qui attend la nouvelle présidente centrafricaine

Ce qui attend la nouvelle présidente centrafricaine

Centrafrique

Les paris difficiles de la nouvelle transition

Les paris difficiles de la nouvelle transition

Mouammar Kadhafi

Libye

PHOTOS. Cinq après sa mort, Kadhafi hante toujours la Libye

PHOTOS. Cinq après sa mort, Kadhafi hante toujours la Libye

Libye

L'histoire des chercheurs de trésor à la recherche du magot de Kadhafi

L'histoire des chercheurs de trésor à la recherche du magot de Kadhafi

Libye

Benghazi la maudite

Benghazi la maudite