mis à jour le

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Le Maroc a affirmé "respecter" le rôle de la Russie en Syrie, revenant sur des déclarations du Premier ministre Abdelilah Benkirane qui avait critiqué l'intervention armée de Moscou en soutien au régime de Bachar al-Assad.

Le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar a reçu, lundi au siège de son département à Rabat, l'ambassadeur de Russie à Rabat, Valery Vorobiev, "à la demande de ce dernier", indique un communiqué du ministère.

M. Vorobiev a exprimé la "préoccupation" de Moscou, suite à "des déclarations médiatiques attribuées à un très haut responsable gouvernemental marocain accusant la Russie d'être responsable de la destruction de la Syrie", indique la même source.

Si l'identité de ce "très haut responsable" n'est pas formellement précisée, la presse locale s'accorde à dire qu'il s'agit du secrétaire général du parti islamiste vainqueur des élections législatives du 7 octobre.

Interrogé le 30 novembre par l'agence de presse Quds Press, M. Benkirane avait estimé que "ce que fait subir le régime syrien à son peuple, avec le soutien de la Russie, dépasse toutes les limites (...) Pourquoi la Russie détruit-elle la Syrie de cette façon?".

Dimanche, le ministre Mezouar a fait part de "l'attachement" du royaume à "la préservation des relations fortes avec la Fédération de Russie", rappelant "la position claire du Maroc sur la crise syrienne", selon le communiqué.

Le Maroc "respecte" le rôle de la Russie sur ce dossier comme sur d'autres questions internationales, et "arrête ses positions diplomatiques officielles à l'aune des valeurs, des principes et des intérêts gouvernant sa politique extérieure", a-t-il ajouté. 

Dans une pique clairement adressée à M. Benkirane, reconduit dans ses fonctions le 10 octobre après cinq ans à la tête d'un gouvernement de coalition, les Affaires étrangères soulignent que les "prises de positions officielles" du Maroc, ne peuvent "faire l'objet d'improvisations hasardeuses, ni exprimer des points de vue personnels".

Au Maroc, le roi, chef de l'Etat, a la haute main sur les affaires diplomatiques du pays. Mohammed VI, actuellement en tournée en Afrique de l'ouest, "demeure le garant de la constance et de la pérennité des positions diplomatiques" du Maroc, et du "respect de ses engagements internationaux", conclut le communiqué.

Cette affaire, qui intervient une dizaine de mois après une visite officielle du souverain à Moscou, a été largement commentée par la presse locale. "Benkirane a failli provoquer une crise entre le Maroc et la Russie", titre le site Le 360, proche de l'entourage du palais. "Le chef du gouvernement est publiquement désavoué et recadré", selon le site Médias 24, qui parle de désaveu public.

Benkirane

AFP

Maroc: le roi va remplacer le Premier ministre Benkirane

Maroc: le roi va remplacer le Premier ministre Benkirane

AFP

Maroc: l'islamiste Benkirane reconduit Premier ministre

Maroc: l'islamiste Benkirane reconduit Premier ministre

LNT

Une mesure d’exception: Benkirane bloque la Loi de Finances 2013

Une mesure d’exception: Benkirane bloque la Loi de Finances 2013

critique

AFP

Soudan: un journaliste critique de la famille Béchir libéré

Soudan: un journaliste critique de la famille Béchir libéré

AFP

Libye: Boris Johnson critiqué pour une sortie sur des cadavres

Libye: Boris Johnson critiqué pour une sortie sur des cadavres

AFP

CAN-2019: Hayatou critique son successeur Ahmad

CAN-2019: Hayatou critique son successeur Ahmad

Moscou

AFP

Le Caire et Moscou signent un contrat pour la première centrale nucléaire égyptienne

Le Caire et Moscou signent un contrat pour la première centrale nucléaire égyptienne

AFP

Crash en Egypte: Moscou admet un possible acte "terroriste", Londres désigne l'EI

Crash en Egypte: Moscou admet un possible acte "terroriste", Londres désigne l'EI

AFP

Crash en Egypte: Moscou doute de la revendication de l'EI

Crash en Egypte: Moscou doute de la revendication de l'EI