mis à jour le

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

Chassés de chez eux et abandonnés à leur sort, les pêcheurs d'Otodo Gbame sont les dernières victimes de la croisade lancée par les autorités pour rendre Lagos, mégapole nigériane tentaculaire de 20 millions d'habitants, plus fonctionnelle et la débarrasser de ses bidonvilles.

Ponts à quatre voies, gratte-ciels, nouveaux quartiers résidentiels... L'urbanisation galopante et les grands chantiers lancés ces dernières années pour moderniser la capitale économique ont leur revers de médaille. 

Le ralentissement de l'économie et des constructions qui touche le Nigeria depuis le début de l'année n'aura pas sauvé la communauté d'Otobo Gbame. Entre le 9 et 11 novembre, ce bidonville insalubre où vivaient 30.000 personnes a été rasé. Les bulldozers ont presque tout détruit. 

Restent aujourd'hui des dizaines d'hectares de terres dévastées, recouvertes de gravas de tôle et de bois. Et des milliers de sans-abris postés devant les belles maisons de Lekki, quartier de la nouvelle bourgeoisie de Lagos. 

"Tout a été brûlé, tout a été dispersé. Je n'ai pas retrouvé ma maison. Je ne retrouve plus mon père et son téléphone ne marche plus. Je ne sais pas où il est", raconte à l'AFP une jeune femme en colère, Joke Soke.

Au moins trois personnes sont mortes par noyade lors de cette opération de démolition, pourchassées jusque dans les eaux de la lagune par la police, selon les témoignages d'habitants. D'autres ont été arrêtés pour "incitation à la violence". 

Des irréductibles s'entassent sous des cabanes branlantes reconstruites à la hâte, à partir des décombres de leurs maisons: dans cette communauté de pêcheurs, on a besoin d'être proche de la lagune pour survivre. 

Les habitants, dont la majorité appartient à l'ethnie Egun, affirment qu'ils sont venus du royaume du Dahomey (Bénin) s'installer sur ces terres il y a plus d'un siècle. Mais comme l'immense majorité des plus pauvres, ils n'ont jamais obtenu de titres de propriété.  

Il y a quinze ans à peine, Lekki n'était qu'un vaste marécage infesté de moustiques. Aujourd'hui, il absorbe une urbanisation galopante, une des plus rapides au monde. Un cabinet de conseils d'architecture estime que 72.000 habitants, quasiment tous de la classe supérieure, arrivent chaque année sur ce bras de mer humide. 

Otodo Gbame n'avait plus sa place au milieu des lotissements hauts de gamme aux accès sécurisés. Le mètre carré vaut de l'or.

"Le gouvernement nous éjecte de force (...) pour saisir nos terres et les vendre aux riches", accuse Toshun Pascal, un pasteur de la communauté. 

"Les riches ne veulent pas de nous. A chaque fois qu'ils regardent à travers les fenêtres de leurs demeures et nous voient, leur colère monte", se désole-t-il. "Nous allons combattre cette injustice jusqu'à la dernière goutte de notre sang". 

 - Qui seront les prochains ? - 

Le gouvernement local nie avoir ordonné la démolition des maisons, assurant que l'incendie "criminel" est dû à des querelles ethniques entre les Egun et leurs voisins Yoruba. La police est intervenue pour rétablir l'ordre, se justifient les autorités qui évoquent des problèmes de sécurité, notamment des rapts d'enfants. 

Craignant que des milliers de personnes ne soient mises à la rue, Amnesty International a exhorté les autorités à mettre un terme aux démolitions, et réclame une enquête indépendante. 

"Les responsables devront être poursuivis et rendre des comptes", a déclaré l'ONG de défense des droits de l'Homme. 

En 1990, plus de 300.000 personnes avaient perdu leur toit avec la démolition du bidonville de Maroko, sur Victoria Island, par le gouvernement militaire de l'époque pour réhabiliter la zone. Il est aujourd'hui remplacé par un centre commercial ultra-moderne, où les élites vont faire leurs courses.

A Makoko, immense cité lacustre de 250.000 habitants, on s'attend à être les prochains sur la liste.

"Nous ne dormons plus sur nos deux oreilles parce que nous ne savons pas quand arriveront les chenilles" des bulldozers, confie à l'AFP Noah Shemede, directeur d'une école flottante.

La question du logement reste un immense défi, avec une pénurie d'environ 16 millions de logements dans un pays de 180 millions d'habitants, selon la Banque nigériane Federal Mortgage Bank.

Le 15 novembre, environ 2.000 expulsés d'Otodo Gbame ont manifesté devant la maison du gouverneur de l'Etat de Lagos, pour exiger une aide au logement. Deux semaines après, ils restent sans réponse.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

bidonvilles

AFP

Au Kenya, le pape dénonce "l'injustice atroce" des bidonvilles africains

Au Kenya, le pape dénonce "l'injustice atroce" des bidonvilles africains

Présidentielle algérienne

Les bidonvilles d'Alger, oubliés des listes électorales

Les bidonvilles d'Alger, oubliés des listes électorales

clichés

Shanty Town, le (faux) bidonville de luxe

Shanty Town, le (faux) bidonville de luxe

colère

AFP

Au Liberia, le géant américain Firestone éveille colère et rancoeur

Au Liberia, le géant américain Firestone éveille colère et rancoeur

AFP

Niger: colère et compassion après l'enlèvement d'un humanitaire américain

Niger: colère et compassion après l'enlèvement d'un humanitaire américain

AFP

Ethiopie: les investisseurs étrangers cibles de la colère des Oromo

Ethiopie: les investisseurs étrangers cibles de la colère des Oromo

destruction

AFP

CPI: l'accusation en quête d'un procès pour la destruction de Tombouctou

CPI: l'accusation en quête d'un procès pour la destruction de Tombouctou

AFP

Mali: un Touareg devant la CPI pour destruction de mausolées

Mali: un Touareg devant la CPI pour destruction de mausolées

AFP

Tombouctou: un Touareg remis

Tombouctou: un Touareg remis