mis à jour le

Manuel Valls à Tunis le 28 novembre 2016. AFP/Fethi Belaid
Manuel Valls à Tunis le 28 novembre 2016. AFP/Fethi Belaid

Le Premier ministre français Manuel Valls est en Tunisie

Le Premier ministre français Manuel Valls est arrivé lundi à Tunis, où il a notamment rencontré en soirée le président Béji Caïd Essebsi, avant de participer mardi à une conférence internationale des investisseurs, a constaté une journaliste de l'AFP.

Après avoir été accueilli à l'aéroport par son homologue tunisien Youssef Chahed, vers 17H30 (16H30 GMT), M. Valls, qui est notamment accompagné du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, s'est rendu au palais présidentiel, pour un entretien d'environ une demi-heure avec M. Essebsi.

Il a paraphé, au terme de cet échange, une "déclaration contre le terrorisme et pour la tolérance et la solidarité entre les peuples, les cultures et les religions" et souligné la "responsabilité" de la France "à l'égard de la Tunisie dans cette période cruciale qu'elle traverse".

"Le monde de demain a besoin d'une Tunisie et d'une France main dans la main (...). Plus que jamais nous devons être au côté de la Tunisie", "seul exemple d'une transition réussie après les printemps arabes de 2011", a affirmé Manuel Valls lors d'une rencontre avec des acteurs économiques à la résidence de France.

A l'issue de cette réception, le chef du gouvernement devait retrouver M. Chahed pour signer des accords bilatéraux et tenir un point de presse conjoint.

M. Valls, qui a annoncé un renforcement du soutien financier pour la Tunisie, prendra la parole mardi matin à l'ouverture d'une conférence des investisseurs.

Ce rendez-vous, qui comptera plus de 2.000 participants d'une quarantaine de pays, a pour objectif de contribuer à la relance de l'économie tunisienne, en difficulté six ans après la révolution contre la dictature de Zine El Abidine Ben Ali.

Le retour de Manuel Valls à Paris est prévu dans l'après-midi.

Ce déplacement survient dans la foulée d'un déjeuner lundi à l'Elysée avec François Hollande lors duquel le Premier ministre a, selon son entourage, écarté de démissionner et exclu de se présenter contre le chef de l'Etat lors de la primaire du parti socialiste.

La tension au sommet de l'exécutif français était subitement montée la veille avec la publication par l'hebdomadaire Journal du dimanche d'un entretien de M. Valls dans lequel il n'excluait pas de se présenter contre François Hollande dans le cadre de ce scrutin.

Manuel Valls y a fait une brève allusion dans son discours devant les entrepreneurs. "Il y avait des rumeurs sur le fait que je ne viendrais pas (mais) j'ai dit au président (Essebsi) qu'il ne pouvait être question de rater ce rendez-vous" de Tunis, a-t-il noté.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: la famine menace alors que l'argent des humanitaires s'épuise  Maroc: les critiques se multiplient contre la "répression" dans le nord  Coupe des Confédérations: Achille le chat remplace Paul le Poulpe 

conférence

AFP

Conférence sur la Somalie

Conférence sur la Somalie

AFP

Conférence d'entente nationale au Mali: fin de la première phase

Conférence d'entente nationale au Mali: fin de la première phase

AFP

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

Investisseurs

AFP

En Egypte, le retour des investisseurs étrangers prendra du temps

En Egypte, le retour des investisseurs étrangers prendra du temps

AFP

Lagos: les investisseurs immobiliers inquiets de la chute du brut

Lagos: les investisseurs immobiliers inquiets de la chute du brut

AFP

Ethiopie: les investisseurs étrangers cibles de la colère des Oromo

Ethiopie: les investisseurs étrangers cibles de la colère des Oromo

Tunis

AFP

Deux ans après, le procès de l'attentat de Sousse s'ouvre

Deux ans après, le procès de l'attentat de Sousse s'ouvre

AFP

Un cimetière chrétien saccagé va être réhabilité

Un cimetière chrétien saccagé va être réhabilité

AFP

Merkel au Caire pour discuter de la crise libyenne

Merkel au Caire pour discuter de la crise libyenne