mis à jour le

Une distillerie illégale à Lagos, le 12 août 2015. PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Une distillerie illégale à Lagos, le 12 août 2015. PIUS UTOMI EKPEI / AFP

L'Afrique a un sérieux problème avec l'alcool frelaté

Au moins 21 personnes sont décédées dans l'est du Cameroun après avoir ingurgité un alcool artisanal nommé «odontol».

La radio d'Etat camerounaise a rapporté mardi 15 novembre que 21 personnes sont décédées dans l'est du pays après avoir ingurgité un alcool artisanal, nommé «odontol». Cette boisson très alcoolisée, produite à base de vin de palme, de sucre et d'écorce d'arbre, était vendue de manière informelle et les autorités ont décidé de l'interdire. Son prix attractif attirait des consommateurs au faible pouvoir d'achat.

Un scénario devenu trop classique en Afrique. À côté du marché officiel, un véritable marché noir de l'alcool s'est développé, prospérant sur la pauvreté, l'addiction à l'alcool et l'appât du gain qui attire des producteurs d'alcool peu scrupuleux. 

Selon Radio France internationale, qui a pu s'entretenir avec un médecin local, les victimes du breuvage ont notamment souffert de vomissements, maux de tête ou cécité. Selon lui, la boisson incolore avait également «une odeur caractéristique». Des indices qui suggèrent que les victimes auraient ingurgité du méthanol, un composant au-delà d'une dose de 30 millilitres devient mortel pour le consommateur. 

«Rien sur l'emballage n'indique le degré d'alcool»

Le son, l'écorce qui recouvre plusieurs céréales qui, a l'inconvénient de se transformer en méthanol. Lors du processus de distillation, le son doit donc être séparé du reste des grains. Mais l'élimination du son, donc du méthanol, diminue le rendement de la distillation et la quantité d'alcool produite, ce qui réduit les bénéfices des fabricants. C'est pourquoi des producteurs peu scrupuleux contournent la règlementation pour mettre en bouteilles de l'alcool frelaté. 

Le magazine Jeune Afrique expliquait en 2010 comment le gouvernement camerounais avait par exemple tenté d'interdire l'alcool frelaté via des arrêtés ministériels, sans pourtant réussir à faire reculer le fléau.

«Les populations sont confrontées au marketing agressif des sociétés qui produisent et distribuent ces spiritueux en sachet, dont la composition est incertaine et l’origine douteuse. Si les breuvages en question ont tous l’apparence du whisky, ils sont loin d’en avoir les qualités. Rien sur l’emballage n’indique le degré d’alcool par volume, pas plus que les ingrédients utilisés ni comment il a été distillé», analysait Jeune Afrique. 

À lire aussi: Les Africains ont-ils vraiment un problème avec l'alcool?

En 2014 au Kenya, 80 personnes avaient succombé à un alcool frelaté qui contenait un fort excès en méthanol. Le gouvernement avait attiré l’attention de la population sur l’importance d’«éviter de consommer des spiritueux frauduleux car des producteurs peu scrupuleux en quête de profits mélangent à leurs boissons des produits chimiques mortels»

Un cocktail explosif

Le média américain Vice avait visité une distillerie clandestine de gin frelaté, le Waragi, très populaire en Ouganda. On y voit comment des populations très pauvres fabriquent elles-mêmes leur alcool, loin de tout contrôle sanitaire, et le consomment au quotidien. «La population qui vit dans des bidonvilles n'a accès qu'à ce breuvage (...) Les pauvres, les gens qui ont des moyens limités en Ouganda sont nombreux à pratique le binge-drinking», affirmait un responsable sanitaire à Vice. 

Dans plusieurs rapports sur la consommation d'alcool en Afrique, l'Organisation mondiale de la Santé alertait sur les pratiques à risques de populations pauvres. Si l'on ajoute à l'alcoolisme le danger de l'alcool frelaté, le mélange est explosif. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

alcool

40 degrés à l'ombre

L'Afrique est de plus en plus friande d'alcool fort

L'Afrique est de plus en plus friande d'alcool fort

AFP

Cameroun: 21 personnes décèdent après avoir bu un alcool artisanal

Cameroun: 21 personnes décèdent après avoir bu un alcool artisanal

Hédonisme

Le Nigeria est à sec de pétrole, mais pas de bière

Le Nigeria est à sec de pétrole, mais pas de bière