mis à jour le

Une figurine de Donald Trump. MOLLY RILEY / AFP
Une figurine de Donald Trump. MOLLY RILEY / AFP

Ces immigrés africains qui votent pour Donald Trump

La rhétorique anti-immigration du candidat républicain ne repousse pas tous les Américains originaires du continent africain.

Et si, en cas de course à la Maison-Blanche très serrée entre Donald Trump et Hillary Clinton, le vote des immigrés africains faisait pencher la balance en faveur du candidat républicain? Cette hypothèse ressemble à une mauvaise blague, notamment en raison de l'anxiogène rhétorique anti-migrants de Donald Trump. Mais une proportion non-négligeable des citoyens d'origine africaine qui ont obtenu la nationalité américaine ces dernières années se dit prête à voter pour le milliardaire, rapporte le site Quartz.

Selon les ultimes sondages, Donald Trump arrive toujours derrière sa rivale Hillary Clinton dans les intentions de vote. L'écart s'est cependant resserré ces derniers jours, et le magnat de l'immobilier possède environ 33% de chance de victoire, selon les prévisions pointues du site Fivethirtyeight. La journée du 8 novembre, où les électeurs sont appelés aux urnes, peut donc encore s'avérer incertaine. 

«J'ai abandonné»

Selon une étude du Pew Research Center, le nombre d'immigrés africains a grimpé de 80.000 en 1970 à 1,8 million en 2013. Une augmentation exponentielle. Par pays de naissance, ce sont les Américains nés au Nigeria qui sont les plus nombreux (228.000). On retrouve ensuite l'Ethiopie et l'Egypte dans le trio de tête. 

Mais pourquoi certains d'entre eux votent-ils pour le candidat républicain? 

«Ceux qui supportent Trump tendent à le faire en raison des idéaux que sa candidature représente (...): un outsider politique qui a fait voler en éclats le politiquement correct, un homme d'affaires qui a su constamment se réinventer pour accomplir le rêve américain, et un homme qui, pensent-ils, les délivrera des déceptions que leur a réservé la présidence de Barack Obama», analyse le site Quartz

Un personnage résume à lui tout seul le profil de l'immigré africain qui va voter Trump: Malik Obama. Le demi-frère du président sortant, qui vit encore au Kenya, a annoncé à de multiples reprises son soutien à Donald Trump. Il a même été invité par ce dernier lors du dernier débat télévisé entre les deux candidats.

«Il a mon vote»a promis Malik Obama, cité par l'AFP. Le choix du demi-frère du président est motivé par un embrouillamini familial. «Trump est un mec vraiment cool, et je l’aime parce qu’il parle avec son cœur et qu’il a les pieds sur terre (…) Ce gars parle avec le cœur et vous pouvez voir qu’il est très honnête», a-t-il expliqué.

«J'ai essayé de co-exister avec mon frère Barack Obama mais il m'a jeté dehors; Dans son tour d'ivoire. J'ai abandonné», a écrit Malik Obama dans un tweet le 5 novembre. 

L'argument religieux

Des pasteurs d'églises évangéliques, très populaires dans les communautés africains aux Etats-Unis, ont également déclaré leur soutien à Donald Trump en raison de son plus grand conservatisme qu'Obama en matières de mœurs, selon eux. 

C'est le cas de Reno Omokri, membre du staff de l'ancien président nigérian Goodluck, et désormais pasteur dans la région de la baie de San Francisco. Ce religieux a déclaré, dans une interview accordée à la BBC, qu'une élection de Trump pourrait permettre de donner une orientation plus conservatrice à la Cour surprême américain. 

«Cet enjeu peut vous sembler faible, mais c'est très important pour quelqu'un comme moi car je suis un conservateur et c'est pourquoi je supporter Donald Trump», dit-il. Des arguments qui font mouche parmi les immigrés africains, même si la majorité d'entre eux devrait tout de même voter pour Hillary Clinton. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Donald Trump

Etats-Unis

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Investiture

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

Politique étrangère

Quand Donald Trump rencontre Denis Sassou-Nguesso

Quand Donald Trump rencontre Denis Sassou-Nguesso

Etats-Unis

AFP

Soudan du Sud: le défenseur des droits humains Peter Biar fuit aux Etats-Unis

Soudan du Sud: le défenseur des droits humains Peter Biar fuit aux Etats-Unis

AFP

Les Etats-Unis saluent la lutte contre la corruption de l'Angola

Les Etats-Unis saluent la lutte contre la corruption de l'Angola

AFP

Attentat de Benghazi: un Libyen condamné

Attentat de Benghazi: un Libyen condamné