SlateAfrique

mis à jour le

Les Fennecs algériens dopés à l'insu de leur plein gré?

Une polémique fait rage au sein du milieu sportif algérien. Des anciens joueurs de la sélection algérienne de football, surnommés les Fennecs, ont évoqué un lien entre le handicap de leurs enfants et les produits qu’on leur aurait administrés à l’époque où ils jouaient en équipe nationale. Sept joueurs sont à l’origine de la polémique, rapporte le quotidien algérien El Watan.

«J’ai la conviction que nous ne sommes qu’au début d’une série d’affaires qui finira par un scandale, assure un membre de la Fédération algérienne de football. Et le football ne sera pas la seule discipline touchée. On sera forcément amené à parler d’athlétisme».

Une enquête a été réclamée par ces sept anciens Fennecs. Ils aimeraient aujourd’hui avoir un regard sur le suivi médical dont ils ont fait l’objet entre 1977 et 1990. Les premiers à devoir rendre des comptes, ce seront certainement les médecins de l’équipe, par qui d'éventuels produits dopants auraient été administrés.

Mais la réponse d’un des médecins de l’équipe algérienne est catégorique:

«le dopage en Algérie à cette époque n’existait pas! Dans les ex-pays de l’Europe de l’est, oui, mais pas en Algérie.»

Sauf que les joueurs se posent tout de même des questions. Ils ont tous eu des enfants nés avec de lourds handicaps, physiques et/ou neurologiques. Pour l'ancien buteur Djamel Menad, ce n'est pas «une coïncidence [...] Depuis que j'ai découvert que je n'étais pas le seul, j'ai commencé à me poser des questions», explique-t-il sur les ondes de France Info

Toutefois, un des médecins de l’époque, Rachid Hanifi n’en démord pas et réagit vivement sur cette affaire de présumé dopage à l’insu des joueurs de football.

«Personne ne peut faire aujourd’hui le lien entre des produits dopants et les effets sur la progéniture de ceux qui les ont pris.»

Pour l'instant, ni la Fédération algérienne de football, ni le ministère de la Jeunesse et des Sports algérien n'ont réagi. Mais au sein du corps médical sportif algérien, tout le monde ne partage pas le même avis sur la question. L’un d’entre-eux affirme que le dopage était une chose connue et répandue dans le métier, sauf que personne ne luttait contre ce phénomène à l’époque.

Lu sur El Watan, FranceInfo.fr, Figaro

A lire aussi

Quand les Lions posent un lapin aux Fennecs

Vahid Halilhodzic sauvera-t-il le foot algérien?

Les 15 sportifs africains les mieux payés

Un Français peut-il diriger des Fennecs?